Tableau noir du malheur par Jérémy Bouquin

Éditions du Caïman – 272 pages – 07 septembre 2021

HVS, ZEP, ZUP, CUCS, QPV, derrière toutes ces appellations, se cachent, ces quartiers défavorisés, souvent en bordure des villes, ces banlieues que, depuis quatre ou cinq décennies, les gouvernements successifs tentent de « rénover ». Seulement, malgré les promesses de « nettoyage au kärcher », le constat est le même partout ou presque, les inégalités se creusent, l’ascenseur social est en panne, les commerces ou services ont disparu. Il n’y reste bien souvent que l’école, ce lieu qui doit permettre de se sentir en sécurité, de développer ses facultés intellectuelles, d’apprendre la vie en société. L’école devrait être une oasis de quiétude au milieu du chaos qui souvent règne dans ces quartiers or, de plus en plus, les élèves sont abandonnés, lâchés par une absence de volonté politique et d’enseignants qui jettent l’éponge.

C’est ce tableau noir que nous dessine ici Jérémy Bouquin. Une école de banlieue où arrive Céline, récente veuve et maman solo d’un ado. Mutée dans cette école où elle prend en charge les grands, les CM2. Une classe difficile qui a fait fuir ou rendu malade ses prédécesseurs. Elle y trouvera des jeunes filles et jeunes garçons en décrochage scolaire total à la tête desquels, Kevin, Tanguy et Gary…

La question posée dans ce roman est « comment trouver sa place ? », celle de l’école au centre de ses quartiers, celle des jeunes qui n’ont aucune promesse d’avenir, celle de Céline, de son fils Ghislain, des jeunes enseignants sacrifiés… Attention, il ne s’agit nullement d’un essai. C’est un roman noir, de ceux qui nous interpellent, qui nous mettent face aux réalités de notre société que l’on classe facilement comme faits-divers, mais sont un profitable terreau où le Mal prend racine.

Dès les premières lignes : —Tais-toi ! Y chouine le gosse, gary. Saloperie de gamin, onze ans… On ne croirait pas, comme cela. Quand on le voit, on lui donnerait le Bon Dieu sans confession. Et pourtant, ce môme, c’est la Diable. Oui le Diable ! La pire des saloperies. », on reconnait aisément le style de Jérémy Bouquin. Pas de blabla, une écriture vive et incisive, un rythme percutant font de « Tableau noir du malheur » un roman que l’on dévorera à toute allure et si vous êtes enseignants, il sera pour vous un formidable exutoire.

Le site de l’éditeur : https://www.editionsducaiman.fr/boutique/romans-noirs/tableau-noir-du-malheur-jeremy-bouquin.html

Le site de l’auteur : http://jrmybouquin.free.fr/

Et nous aurons l’éternité par Catherine Fradier

Au diable Vauvert – 288 pages – 06 mai 2021

Derrière cette hypnotique couverture où deux êtres baignent au milieu de livres, se cache un récit qui m’a énormément marqué, aspiré, surpris.

Nous sommes en 2051, dans une France bouleversée par les changements climatiques. Une société telle qu’aurait pu imaginer Georges Orwell. L’eau est une denrée rare, rationnée, la viande n’existe plus. Les citoyens, sont réduits à l’état d’esclaves modernes, privés de liberté. Le capitalisme a gagné sur la vie. Victoire facilitée par l’appauvrissement intellectuel de la population. Néanmoins, existent encore, heureusement, des personnes qui rejettent, dénoncent ce système. Parmi elles, Norma, une des rares personnes âgées à avoir survécu. Romancière, sa vie fut bien remplie. Une jeune étudiante lui propose de l’interviewer afin d’évoquer son passé de « fictionneuse ». Norma accepte, ce qui lui laisse un répit avant de devoir quitter son immeuble, destiné à la destruction, pour rejoindre un « établissement de retrait ».

Ce roman d’anticipation, se lit comme un livre d’histoire tellement il transpire le réalisme et nous montre la destination vers laquelle nous nous dirigeons à grands pas, sourds aux signaux que la nature nous envoie et que certains, scientifiques, écrivains… dénoncent. Extrait : « À part lire, qu’avez-vous fait ? Peu de choses en réalité. Comme d’autres écrivains de son époque, essayistes, écologistes, auteurs d’anticipation, scientifiques, journalistes simples citoyens, Norma avait tenté d’alerter sur les catastrophes à venir. Mais toutes ces publications, ces ouvrages, ces articles n’étaient lus que par une minorité de convaincus, membres de la société civile aux pouvoirs restreints, souvent perçus comme des catastrophistes qui se complaisaient à annoncer un effondrement de la civilisation thermo-industrielle qui ne venait jamais. Jusqu-à ce que tout s’emballe. » Mais, comme Catherine Fradier l’écrit si bien un peu plus tard, « Quelles que soient les épreuves que traverserait encore l’humanité, il y aurait toujours des riches et des puissants qui s’affranchiraient des règles imposées au plus grand nombre. Une poignée de voraces qui profiteraient des ultimes ressources, sans jamais cesser de garder un œil sur la populace, le knout à la main ».

Heureusement, derrière ce noir tableau d’un avenir qui semble tout tracé, Catherine Fradier, nous rappelle que l’humanité n’est pas que mauvaise, preuve en est, les relations entretenues dans son immeuble entre les habitants, l’amour de la littérature qu’elle transmet autour d’elle et en particulier à son petit-fils et l’amour pour Charly, son défunt époux qui aura été plus fort que la mort.

Un grand merci aux éditions « Au diable Vauvert », pour ce roman qui, je l’espère, participera à éveiller des consciences.

Le site de l’éditeur : https://audiable.com/boutique/cat_litterature-francaise/et-nous-aurons-leternite/

Mila de nulle part par Marie Murski

Editions In8 – 304 pages – 22 Juin 2021

Marie Murski nous entraîne dans un envoutant roman sylvicole, à la rencontre de Mila, jeune femme atypique, abîmée, rejetée, vivant isolée au milieu de la forêt, véritable personnage secondaire de ce récit poétique.

Mila, albinos à la main gauche palmée se retrouve un peu par accident sur cette Terre. Rejetée dès sa naissance par sa mère, elle erre, telle une âme en peine de famille d’accueil en famille d’accueil ou foyer. Incomprise par beaucoup, jeune adulte, elle trouvera une certaine forme de paix en emménageant dans une maison isolée en forêt, choisissant comme compagnons les arbres qui l’entourent. Eux seuls semblent connectés avec elle, ils se comprennent. Seulement, Mila n’est pas seule à vivre en ce lieu reculé et la découverte du cadavre d’un chien mutilé le lui rappellera. Elle se mettra alors en tête de découvrir l’auteur de ce crime, en plus de chercher à lever le mystère de la faute qu’aurait commise sa grand-mère, juive polonaise, déportée au camp d’Auschwitz.

Dans ce récit, avec beaucoup de poésie, l’autrice, nous plonge dans le Mal, celui qui se cache au fond de certaines âmes. Néanmoins, elle nous démontre qu’une autre voie est possible. Très vite, grâce à son talent et à une certaine magie, elle nous lie à Mila, cette jeune femme qui fait preuve d’une incroyable envie de vivre alors que tout semble se liguer contre elle. Mila est la lumière, l’étoile qui brille au milieu de l’obscurité.

Le site de l’éditeur : https://www.editionsin8.com/catalogue/livre/921-mila-de-nulle-part

Le site de l’autrice : https://www.marie-murski.fr/

Peau d’Homme par Hubert et Zanzim

Glénat – 160 pages – 03 Juin 2020

Roman graphique aux multiples prix mérités, Peau d’Homme navigue entre la fable, le merveilleux, l’historique, la satire, le roman social, le roman initiatique. Le talentueux et regretté Hubert aux commandes du scénario et Zanzim qui signe les dessins et la mise en couleur, nous invite à suivre Bianca à la veille de ses noces.

La Renaissance, période charnière entre Moyen Âge et époque moderne a du mal à laisser derrière elle son lourd héritage religieux pour moderniser ses mœurs. On le voit ici avec Bianca, réduite à sa condition de femme, monnaie d’échange entre deux familles pour un mariage arrangé. Seulement Bianca ne le voit pas de cet œil et, aimerait au moins, à défaut de choisir son époux, faire connaissance avec lui quelques jours avant la noce. C’est sa tante, qui en lui faisant découvrir la peau d’Homme, transmise de mère en fille, qui lui offrira un moyen de découvrir à la fois son promis, mais aussi, les codes masculins, la sexualité, le passage à l’âge adulte, dans cette ville où pèse le fanatisme religieux.

Très clairement, cet ouvrage, très réussi sur le plan graphique avec, entre autres, ces illustrations modernes qui rendent hommages aux enluminures, ne plaira pas sur le fond à tous les lecteurs. En effet, les sujets abordés, sexualité, homo-sexualité, religion, libération de la femme, tabous depuis de nombreux siècles, le sont toujours aujourd’hui et les étroits d’esprit ne sont pas près de changer. Si, en revanche, vous vous intéressez à ces sujets, l’angle choisi par les auteurs avec un parti pris assumé, permet quand même de prendre du recul et se poser les bonnes questions.

Une belle réussite qui souffre juste de quelques longueurs et dont certains contenus ne rendent pas ce roman graphique accessible aux lecteurs en dessous de 15-16 ans.

Leçon de dessin par Zanzim pour Peau d’Homme des éditions Glénat

La page de l’éditeur : https://www.glenat.com/1000-feuilles/peau-dhomme-9782344010648

Le nageur d’Aral par Louis Grall

La manufacture de livres – 144 pages – 03 juin 2021

Ce premier roman d’un auteur plus habitué à nous livrer des contes ou des poésies, transforme à merveille l’essai. Même s’il est plutôt court, ce récit nous transporte très vite alors même que la beauté de la prose, nous invite elle, à prendre notre temps. À l’image d’Anton Nazarbaïev, ce nageur de combat russe, qui en pleine guerre froide, déserte lors d’une mission de combat au large de la Bretagne pour trouver refuge dans le monastère de Landévennec, nous avons l’impression en entrant dans ce roman de franchir la porte d’un lieu sacré, de recueillement.

Le soldat d’élite ne pouvait espérer trouver meilleur refuge que ce lieu géré selon la règle de Saint-Benoît afin d’aspirer à une retraite spirituelle qu’il espérait tant et même si ce refuge s’apparente à une prison dorée.

Louis Grall, avec sa poésie, nous livre de magnifiques descriptions de ce lieu où se mêlent puissance de l’océan, calme spirituel et nature sauvage au milieu desquels, l’humain a toute sa place. Car, il s’agit bien d’humanité, de relations humaines, de transmission entre Anton et les frères, comme entre le narrateur et Luc et surtout entre le narrateur à travers qui le nageur russe deviendra éternel.

Un grand merci à La manufacture de livres pour cette très belle lecture et bravo à Louis Grall qui en plus nous fait découvrir des poèmes de Gilles Baudry moine à Saint-Guénolé.

Louis Grall interviewé par France 3 Bretagne

Le site de La manufacture de livre : https://www.lamanufacturedelivres.com/livres/fiche/202/grall-louis-le-nageur-d-aral

L’abbaye de Landévennec : https://www.abbaye-landevennec.fr/

Les diamants de Waterloo – Les enquêtes du capitaine Sabre T1 par Valérie Valeix

Éditions Palémon – 374 pages – 06 décembre 2019

Premier opus d’une série historique, Les diamants de Waterloo nous font faire connaissance avec Jérôme Blain, alias le capitaine Sabre, ancien officier de la Garde impériale. Après avoir frôlé la mort, celui que nous avons découvert au côté de l’empereur Napoléon Iᵉʳ, qui lui remet la Légion d’honneur, quelques heures avant l’historique défaite de la bataille de Waterloo.

De retour à Paris, le jeune papa Jérôme Blain, sans emploi, retrouve son ami Vidocq, avec lequel il décide d’ouvrir une agence de détective l’Ours noir, en référence aux célèbres chapeaux des grenadiers de la Garde impériale, depuis adoptés par les Scots Guards anglais. Bientôt, sa première enquête lui est proposée : découvrir où sont passés les diamants de Pauline Borghèse, la sœur de l’Empereur, subtilisés dans la berline de ce dernier sur le champ de bataille. Très rapidement, des indices l’envoient en Normandie, terre de son enfance où il devra composer entre bonapartistes et royalistes. L’enquête se dévoilera passionnante avec la découverte d’un premier meurtre et un véritable casse-tête mêlant affaires de famille, affaires sentimentales, banditismes… Une véritable aventure !!

Avec beaucoup de talent et une remarquable documentation, Valérie Valeix nous transporte dans cette époque post-napoléonienne. Un roman historique qui nous apprend énormément de choses tout en étant plaisant à lire. Un récit qui compose avec le vocabulaire de l’époque et une forme moderne de roman d’enquête sont les ingrédients d’une très belle réussite. Seul le rythme est parfois freiné par le renvoi à la presque centaine de notes de bas de pages néanmoins bien utiles.

Une lecture passionnante qui n’avait que trop traîné dans ma PAL. J’irai plus vite pour la seconde enquête Le soldat d’étain assassiné.

Conférence de Philippe Raxhon, professeur, historien et auteur.

Visitez le site des éditions Palémon : https://www.palemon.fr/421-valerie-valeix

Alphonse par Akli Tadjer

JC Lattès – 180 pages – 24 août 2005

Début des années 2000, Mohamed arrive au Terminus Nord, cette brasserie en face de la Gare du Nord, au subtil mélange architectural entre Art Déco et Art Nouveau. Il doit y retrouver sa cousine Juliette, qu’il n’a pas vu depuis quatre décennies afin de lui remettre des lettres, retrouvées à l’occasion du déménagement de sa maman. Il la voit, la reconnait, enfin presque… Il s’assoit, l’observe de loin et se replonge dans ses souvenirs où il nous entraîne un été au milieu des années 60, en plein bassin minier alors qu’il y était devenu Alphonse

Un prénom plus « français » pour cet enfant né en France, mais de parents nés en Algérie et dans cette petite ville proche de Lens, sa famille puisqu’il s’agit de sa tante Jeanne et son oncle Sala qui par volonté de s’intégrer à gommé le H qui complétait son prénom, ne veulent pas faire de vagues… À Annay, on n’aime pas les étrangers. Et en plus il y a déjà les Polonais, ceux qui sont venus sacrifier leurs poumons dans les mines et qui sont parfois Juifs. Alors les arabes non !!

Akli Tadjer, romancier de l’authentique, nous narre ici, une chronique du racisme ordinaire, sans jugement moralisateur, il fait toujours preuve d’une incroyable justesse. Il nous décrit la bêtise ordinaire que font preuves ceux qui, souvent par manque d’instruction, n’acceptent pas chez l’autre, la différence. Dans ce tableau familial, l’oncle Sala, renie ses origines par manque de courage, la tante Jeanne, pleine d’amour, veut cacher Mohamed par bienveillance à son égard, leur fille, Juliette, à moitié de sang Algérien, amouraché d’Edouard, blouson noir, bête à manger du foin est contre tout ce qui vient d’ailleurs. Et dans ce petit milieu villageois, seul Théo d’origine polonaise et Annabelle, la sœur d’Edouard ont l’air d’apprécier Alphonse pour ce qu’il est, un jeune adolescent, un peu mytho.

Alphonse, est un condensé de plaisir, dans ce récit se mêlent habillement les émotions. Nous passons régulièrement de scènes tendres à de franches rigolades avec toutefois, en toile de fond, Mohamed adulte, qui derrière sa nostalgie, se demande vraiment ce qu’il fait là, dans cette brasserie à observer Juliette et Edouard… Comme le chante si bien Maxime Le Forestier : On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille. On choisit pas non plus les trottoirs de Manille, de Paris ou d’Alger pour apprendre à marcher.

À la découverte du bassin Lensois des années 60…

La page de l’éditeur : https://www.editions-jclattes.fr/livre/alphonse-9782709627320/

La page de l’auteur sur Babelio : https://www.babelio.com/auteur/Akli-Tadjer/5622


Terrienne par Jean-Claude Mourlevat

Gallimard Jeunesse – 416 pages – 12 septembre 2013

Terrienne, est un inclassable roman de Jean-Claude Mourlevat, lauréat du prix Astrid Lindgren considéré comme le Nobel de la littérature jeunesse. Roman à la fois d’aventure et d’enquête, également dystopie sur fond de philosophie, roman accessible aux jeunes lecteurs de 12-13 à 120 ans, il n’entre dans aucune case mais, a toute sa place chez les bibliophiles.

La jeune Anne, une presque adulte de 17 ans, partira à la recherche de sa sœur ainée, disparue peu après son mariage avec un étrange bonhomme, Jens. Après avoir reçu un étonnant message de Gabrielle, elle s’aventurera sur une route de campagne qui, l’emmènera dans un monde parallèle, aseptisé, totalitaire où la respiration est bannie. Cette dystopie écrite il y a près de dix ans résonne presque aujourd’hui de manière prophétique. Elle entraînera avec elle, un attachant vieux monsieur, Etienne, veuf de Madeleine, retraité, mais écrivain qui verra là, une façon de plonger dans l’imaginaire de ses romans.

C’est là, une grande partie de l’intérêt de ce très bon roman, la place de l’irréel, du fantasmé dans notre réalité. Car, notre Terrienne, Anne, se retrouve confrontée à cette civilisation, une espèce plus très humaine, mais étrangement proche de nous, réduite à une forme d’esclavage et où les femmes capturées sur Terre ne deviennent que des objets de reproduction. Ce monde parallèle, nous fait obligatoirement penser à Atwood, Orwell, les maîtres de la dystopie.

Avec beaucoup de talent, l’auteur, nous conte ce monde terrifiant, mais passionnant. Il nous offre une parenthèse de réflexion sur nos imperfections qui nous rendent si uniques tout en nous capturant dans un récit rythmé que l’on ne lâchera plus. Un grand roman qui donne envie de lire tout Mourlevat.

Terrienne a été écrit dans l’ambiance envoutante de la musique de Philip Glass… et si vous le lisiez en écoutant ce génie de la musique minimaliste…

Le site de l’éditeur : https://www.onlitplusfort.com/livres/terrienne/

Le site de Jean-Claude Mourlevat : https://www.jcmourlevat.com/

Fucking Melody par Noël Sisinni

Jigal éditions – 232 pages – 20 mai 2021

C’est fou comme les choses qu’on a jamais imaginé peuvent vite devenir familières.

Cet extrait que l’on retrouve à plusieurs reprises dans ce premier roman de Noël Sisinni, traduit à la perfection ce que l’on ressent devant ce récit, car très vite, nous sommes pris d’affection par les personnages au premier rang desquels Fiorella, « Fio » comme elle aime se faire appeler, suivie de près par Soline, clown et musicienne de génie ainsi que son compagnon Boris, talentueux dessinateur de BD puis, le Professeur Antoine Marsac, médecin empli d’humanité, se battant quotidiennement face à la maladie et la mort, frappant au hasard les enfants et adolescents soignés dans sa clinique. Très vite, au gré des phrases couchées sur les pages, dont les véritables punchlines de Fio, nous tombons également sous le charme de la plume de l’auteur, teintée de beaucoup d’esprit, parfois drôle, souvent tendre. Le tout nous est offert à un rythme infernal, page turner digne des romans des meilleurs spécialistes du genre.

Dans Fucking Melody, Noël Sisinni se fait chef d’orchestre de cette putain de mélodie, celle qui gronde au loin et telle la foudre, frappe au hasard, d’abord sur Fio, qui du haut de ses quinze ans se découvre rongée de l’intérieur par une saloperie de crabe qui l’empêchera surement de voir ses seize ans et de connaître la vie et l’amour. Par ricochet, elle entraînera avec elle, Soline l’ancienne toxicomane et surtout Boris, sur qui elle jette son dévolu, potentiel amant et futur otage de sa cavale infernale mais, c’est fou comme les choses qu’on a jamais imaginé peuvent vite devenir familières.

Les éditions Jigal ont encore déniché une pépite avec Noël Sisinni. Un grand bravo à ce dernier et un grand merci à Jimmy Gallier pour cet excellent opus doté d’une très belle couverture.

Comme Soline, ils apportent de la joie à ces enfants malades … Merci à eux.

Le site des clowns de l’espoir : https://lesclownsdelespoir.fr/

Le site de Jigal : http://polar.jigal.com/?page=liens&p=264

Le fils du professeur par Luc Chomarat

La manufacture de livres – 285 pages – 19 août 2021

Avec beaucoup de talent, de magie, aidé d’une sublime plume, Luc Chomarat, nous raconte l’enfance, de la maternelle au passage à l’âge adulte à travers les années 60 et 70.

Roman autobiographique ? Fiction ? Certainement un peu des deux, une autofiction comme l’aurait qualifié Serge Dubrovsky. Luc Chomarat écrit à la première personne, le personnage principal est né comme l’auteur en Algérie française, à Tizi-Ouzou, seulement, dans ce roman, jamais l’écrivain, ne dévoile un nom ou un prénom qui lèverait le voile sur ce mystère. Néanmoins, ce roman, par son authenticité ne triche pas et chaque lecteur, se retrouve plus ou moins dans Le Fils du professeur, qu’il soit né dans ce début de seconde moitié du XXe siècle ou pas.

La lecture de ce récit nous offre une pause, une parenthèse magique et inattendue qui fait un bien fou. Ce retour en arrière, dans un monde où le téléphone n’est pas un prolongement de notre anatomie et où internet n’existe pas, nous permet de nous déconnecter. De plus, la sensation permanente d’être sur le fil très fin qui sépare la réalité de l’imaginaire nous engloutit, on lâche prise avec le réel et retombons en enfance, cette nostalgique période d’insouciance.

Ce roman, écrit avec une grande justesse, nous évite de tomber dans le piège du « c’était mieux avant ». Il ne véhicule pas de jugements sur un monde différent de celui dans lequel nous vivons et élevons nos enfants aujourd’hui, contrairement aux procès médiatiques d’une bienpensance actuelle permanente jetant l’opprobre sur les travers de notre Histoire.

Le Fils du professeur est un merveilleux cocktail de tendresse, de nostalgie, d’humour et d’amour face auquel, nous sommes spectateurs de la transformation d’un jeune enfant en adulte, nous renvoyant en écho, toutes les questions que nous nous posions également et auxquelles, même aujourd’hui, nous n’avons pas forcément trouvé les réponses.

« Je crois que tout le monde joue au flipper parce que c’est une assez jolie métaphore de l’existence : on ne récupère jamais sa mise de départ, et aussi habile qu’on soit, on est toujours perdant. Et pourtant, quand toutes les lumières s’allument, quand les compteurs tournent et que les parties claquent, il y a toujours quelqu’un pour tourner la tête et vous regarder comme si c’était incroyable, et à ce moment-là nous sommes persuadés d’être immortels. »

Un grand bravo à Luc Chomarat pour avoir réveillé chez moi des souvenirs enfouis et un grand merci à Pierre Fourniaud et à La manufacture de livres pour ce roman.

Pour plonger à l’époque du Fils du professeur… Pour eux l’an 2000 était l’avenir… Pour nous le passé…

Le site de l’éditeur : https://www.lamanufacturedelivres.com/livres/fiche/206/chomarat-luc-le-fils-du-professeur

Le site de l’auteur : http://www.luc-chomarat.com/

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑