« Le Manufacturier » Mattias Köping

Editions Ring 548 pages

Quelle claque !! J’en ai lu des livres noirs, mais là, nous plongeons au sein même de ce qui distingue le plus l’Homme des animaux, cette cruauté sans nom qui n’existe que pour assouvir cette espèce de pouvoir qui cherchent ces êtres immondes, sans morale…

Il est difficile de parler de ce chef d’œuvre, sans en dévoiler ce qui le rend si unique… Seul Ghislain Gilberti sait écrire ce genre de textes…

Du Havre à Belgrade, de nos jours au début des années 90 en allant jusqu’aux horreurs commises pendant la seconde guerre mondiale e Europe de l’Est, Mattias Köping nous ballade dans la noirceur sans jamais nous perdre tout en nous présentant une foule de personnages…

Ce thriller, inspiré de faits réels, décrit des scènes d’une violence physique ou psychologique extrême (attention à ne pas mettre ce roman entre les mains d’une personne non avertie), qui parfois nous donne envie de le reposer afin de faire une pause.

Quelle est la frontière entre la fiction et le réel ? C’est avec cette question qui tourne dans ma tête que j’en ai fermé les dernières pages.

Une bombe qui ne laisse pas indemne…

Voici un extrait qui résume assez bien je trouve les côtés les plus sombres de l’âme humaine décrits dans ce livre : « Putain ! C’était génialement tordu ! Radiche adorait ce monde cynique et malsain, à l’image du prêtre qui confesse pour ses péchés le petit enfant qu’il vient juste d’enculer. Il adorait ça oui…Quelle créature que l’homme, nom de Dieu ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :