« Ravages » de Lison Carpentier

Auto-édition 279 pages 13/02/2020

Je remercie Lison Carpentier pour m’avoir proposé de lire et chroniquer son roman « Ravages » dont le titre m’a interpellé me faisant de suite penser à Barjavel un auteur que j’adore. Pour le coup, le genre n’est pas le même puisque Lison Carpentier nous propose un thriller.

Ce roman a été particulier à lire pour moi car une scène au tout début m’a laissé perplexe et j’ai gardé ce goût amer en moi pendant toute ma lecture, ce qui fait que je n’ai-je pense pas apprécier ce récit à sa juste valeur.

En effet, dans ce roman, nous allons vivre à ses côtés, les ravages qui viennent pulvériser la vie de Clémence, une jeune femme divorcée, reporter photographique pour un magazine touristique, dont la passion est les photos de sites abandonnés comme cette prison rennaise où démarre l’intrigue de ce roman. Elle est aussi accessoirement, maman d’un ado Quentin. C’est justement dans cette prison que se déroule cette scène qui m’a vraiment dérangée tant pour moi, elle n’est pas envisageable. Sans spoiler puisque nous en sommes au tout début de l’histoire, je ne comprends pas comment une mère de famille pour échapper à d’éventuelles ennuis judiciaires ou causés par son tordu d’ex-mari commissaire au bastion, peut se résoudre à achever un enfant de 12 ans. D’autant que l’auteure aurait pu, je pense, nous l’épargner. C’est certainement un parti pris de sa part, une prise de risque assumée et il en faut, néanmoins chez moi, ça n’a pas matché.

Cela mis de côté, Lison Carpentier nous offre là un récit bien construit au suspens maîtrisé et nous tenant en haleine, des personnages qui même s’ils sont assez peu nombreux, nous amènent à beaucoup se questionner sur l’intrigue en étant sans cesse dans la recherche du rebondissement suivant. Elle nous fait également voyager entre Paris, la Bretagne et le Hainaut où se retrouvent les différentes victimes.

« Ravages » est un bon thriller à suspens qui me fera encore longtemps réfléchir à cette maman capable de tuer un jeune garçon… Sans oublier que dans la vraie vie certaines mamans sont capables d’ôter la vie à leurs propres enfants…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :