» Dans mon village, on mangeait des chats » de Philippe PELAEZ et Francis PORCEL

GRANDANGLE 56 pages 10/06/2020

Ce qui attire au premier coup d’œil quand on se retrouve devant cette bande dessinée, c’est tout d’abord sa couverture, sombre et pesante à souhait qui contraste avec le titre qui nous fait sourire « Dans mon village, on mangeait des chats ». Résultat, direction la quatrième de couv’ pour découvrir qu’il s’agit de l’histoire d’un parcours initiatique d’un jeune garçon dans le crime organisé.  Cet album avait donc toute sa place dans ma bibliothèque.

Nous ferons donc connaissance avec Jacques Pujol, un ado issu d’une famille pas tout à fait comme les autres, même si les faits divers nous en présentent régulièrement des du même acabit. Son père, routier ne rentre que pour boire et tantôt violenter sa femme, tantôt ses enfants. Sa mère ne possède nullement la fibre maternelle et préfère donner de l’affection à différents hommes en l’absence de son mari plutôt que vers ses enfants. Seule Lily, sa petite sœur apporte un peu d’humanité dans ce foyer.

Un soir où ils font le mur, Jacques et Lily, tombe sur le père Charon, boucher et maire de leur village du sud-ouest, réputé pour ses pâtés pour lesquels les clients n’hésitent pas à faire des kilomètres et dépenser des fortunes en train de chasser des chats. Jacques fera vite le rapprochement et voit là une opportunité pour essayer d’améliorer sa condition.

De ce moment, Jacques trace sa voie vers un destin qui lui fera franchir les étapes de sa transformation de caïd en chef de gang bientôt à la tête d’une petite entreprise criminelle d’envergure. Son histoire nous rend attachant ce personnage pourtant détestable.

Philippe PELAEZ, nous déroule un récit aux petits oignons, très visuel, on pourrait se croire dans un film de Belmondo. Chaque évènement marquant dans la vie de Jacques est décrit telle une évidence. Il subit, n’a jamais vraiment le choix, quand à chaque fois à quelques minutes à dire ou quelques centimètres près, on se dit que l’histoire aurait pu être tout autre.

Pour donner encore plus de profondeur et de noirceur à ce scénario génial, Francis PORCEL, joue avec les dessins et surtout les couleurs qui créent une ambiance pesante.

Si comme moi, vous aimez le noir, vous allez adorer « Dans mon village, on mangeait des chats ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :