L’arpenteuse de rêves par Estelle Faye

Rageot – 352 pages – 13 octobre 2021

Estelle Faye, signe avec L’arpenteuse de rêves, un conte merveilleux où derrière une apparente lecture divertissante, se trouve un récit empreint de réalisme.

Le royaume de Claren pourrait s’apparenter à une montagne couronnée comme peut l’être la préfecture de l’Aisne, Laon. Une colline sur laquelle en place d’une cathédrale se niche un palais, celui de la mystérieuse Jeune Reine. Autour, en plus de l’habitat de riches bourgeois, se trouve une Académie, celle des Arpenteurs, qui ont le pouvoir de visiter les rêves.

Plus nous nous éloignons du sommet de cette colline, plus la pauvreté se dévoile. Sur ses soubassements, vit une population très pauvre, dans un environnement pollué et où certains, pour survivre, trichent, volent, font régner la terreur. Parmi ces brigands, les Silures avec à leur tête Marcus. C’est à leur côté, contraintes, que Cassandra et sa jeune sœur Lissem vécurent quelques années. Cassandra, comme les Arpenteurs, possède le don de se rendre dans les rêves. Don qu’elle doit utiliser à mauvais escient pour dévaliser les victimes endormies. Jusqu’au jour où Lissen est tuée et où Cassandra, s’enfuit, se cache et devient Myri.

Quelque temps plus tard et alors qu’au hasard de rencontres, Myri, s’est trouvée une nouvelle famille à qui, elle dissimule son don, des spectres apparaissent et un étrange mal s’étend. Quand le petit Miracle, ce bébé que cette drôle de famille a recueilli, à son tour est touché, Myri n’a d’autre possibilité que d’utiliser son pouvoir.

L’Arpenteuse de rêves, c’est de la fantasy, mais pas seulement. Certes, dans ce roman, il y a de la magie, des créatures fantastiques, un monde imaginaire mais, il y a aussi, des thématiques universelles et toujours, très actuelles telles que l’écologie, la place des femmes dans la société, les inégalités sociales, les luttes de pouvoir. Ce roman est une aventure que nous pourrions aisément qualifier d’aventure philosophique avec en conducteur cette question : « Qu’est-ce qui compte vraiment pour nous ? ».

Ce roman en plus, de ce récit intelligent et accessible aux jeunes lecteurs dès l’âge d’une douzaine d’années, bénéficie d’une magnifique couverture, illustrée par Paul Echegoyen et mise en valeur par des incrustations dorées. À l’approche de la fin d’année, une super idée cadeau.

Pour aller plus loin…

Le site de l’éditeur : https://www.rageot.fr/livre/larpenteuse-de-reves-9782700276565

Pour découvrir l’univers d’Estelle Faye : https://www.estellefaye.fr/butitsmyonlyline/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :