HMS BEAGLE, aux origines de Darwin par Fabien Golleau et Jérémy Royer

Dargaud – 176 pages – 31 août 2018 – 9782205077063

Le récit fabuleux et romancé du voyage de Charles Darwin. Une aventure à la source de nombreux bouleversements qui changeront le cours de la science.

Plutôt que de nous proposer une biographie classique de cet éminent homme de science que fut Charles Darwin, Jérémie Royer et Fabien Grolleau ont choisi d’adapter à leur manière le récit autobiographique Voyage d’un naturaliste autour du monde de Darwin. S’attarder sur le périple à l’origine de l’homme qui donnera un éclairage nouveau sur nos origines est astucieux et nous offre les clés pour comprendre comment celui qui était destiné à devenir pasteur a introduit le principe d’évolution des espèces.

Les deux auteurs n’en sont pas à leur coup d’essai puisqu’ils avaient déjà réalisé le très bel album graphique Les Ailes du monde, Audubon, le peintre naturaliste. De nouveau, ils font preuve d’un remarquable travail documentaire. Les qualités graphiques notamment les paysages, la faune et la flore, que subliment les couleurs utilisées, nous offre des planches devant lesquelles nous nous surprenons à passer de longues minutes de contemplation.

Au-delà du côté plaisir procuré par cet ouvrage, le côté documentaire nous alimente en connaissance et éveille en nous de nombreuses questions sur la réception de ces découvertes par les sociétés très religieuses de l’époque. Aujourd’hui encore, certaines communautés remettent en cause la théorie darwinienne et le succès de livres comme Dieu – la science et ses preuves de Bolloré et Bonnassies sont la preuve que dans le débat public subsistent beaucoup de questions.

Embarquez avec Darwin à bord du His Majesty Ship Beagle et profitez de ce génial voyage pour vous faire votre opinion.

Le site des éditions Dargaud : https://www.dargaud.com/bd/hms-beagle-aux-origines-de-darwin-bda5154570

Le fil de l’Histoire – La peste, histoire d’une pandémie par Fabrice Erre et Sylvain Savoia

DUPUIS 43 pages 02/10/2020

Dans la crise sanitaire actuelle, les enfants posent souvent pas mal de questions auxquelles nous ne savons toujours pas forcément bien formuler les réponses adéquates. Fabrice Erre et Sylvain Savoia, à travers leurs personnages de Nino et sa grande sœur Ariane, ont les mots justes pour rendre ce sujet accessible aux plus jeunes (dès 6 ans en lecture accompagnée) dans cet album, hybride entre bande dessinée et documentaire.

Je trouve, pour avoir dernièrement fouiné dans des documentaires enfants plus anciens, que cette série donne un vrai coup de jeune à des ouvrages qui ont encore une vraie utilité pour des jeunes lecteurs curieux et qui n’ont pas encore le réflexe systématique de demander à google et autres des informations sur tout et n’importe quoi. De plus, le ton léger et humoristique employé, rend la lecture agréable.

Dans cette série, très abordable en plus, chaque tome étant au prix de 5,90 euros, vous trouverez des sujets aussi intéressants que variés sur Le Titanic, Le mur de Berlin, Gandhi, Les vikings, Le premier pas sur la Lune, Napoléon,….

Pour les plus grands, une vidéo de Ben de Nota Bene :

« L’homme qui aimait trop les livres » d’Allison HOOVER BARTLETT

Pocket 264 pages 02/01/2020

J’ai craqué pour ce livre en vacances à la très jolie librairie trait d’union à Noirmoutier. La couverture et son titre ont tout de suite attiré mes yeux sur ce petit livre (format poche) au milieu de ces très nombreux polars et thrillers. La lecture de la quatrième de couv’ a fini par me convaincre : une enquête d’un libraire jouant les Sherlock Holmes afin de mettre la main sur un voleur de livres… Seulement voilà, parfois un emballage trop beau peut être trompeur.

Je n’irais pas jusqu’à dire que ce livre est mauvais ou que son auteure soit nulle, mais ce n’est pas comme attendu, un polar au rythme effréné. Ce récit est plus un témoignage, un documentaire journalistique, nous racontant la vie de John Gilkey, voleur de livres connu pour en avoir dérober pour près de 200 000 dollars.

Ce texte donc, d’Allison Hoover Bartlett m’a appris beaucoup de choses sur les livres anciens et les fantasmes qu’ils créent chez certains d’entre nous, lecteurs passionnés, ayant tendance à accumuler les livres.

N’aimant pas par respect pour le travail des auteurs faire des retours négatifs sur leur travail, mais souhaitant être toujours honnête envers les personnes lisant mes chroniques, je ne m’étalerais pas d’avantage mais profite au cas où pour rappeler au John Gilkey qui sommeille en eux, aux personnes m’ayant emprunté à l’occasion des livres de bien vouloir les rapporter 😉.

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑