« Les yeux bleus » de Sébastien DIDIER

Hugo 558 pages 02/07/2020

Quel rythme, quels rebondissements !!! Un thriller comme on les aime. Un page turner qui nous tient en haleine du début à la fin.

Tout commence par un enlèvement, un jeune garçon, le fils d’Estelle et Anthony et petit-fils de Claude, figure niçoise. De là démarre non pas une mais plusieurs enquêtes qui comme on se doute finiront par se croiser même si elle ne se déroulent pas en même temps –grâce aux indications temporelles nous ne sommes jamais perdus-, mais jamais nous n’arriverons à deviner quand.

C’est le second roman de Sébastien Didier et le premier de lui que je lis. Une chose est sûr, j’ai envie de découvrir son premier. Rares sont les auteurs arrivant à mêler autant de personnages tout en conservant un récit très bien construit et où les intrigues s’enchaînent tout en restant crédibles.

Pour ne rien gâcher, la plume de cet auteur à suivre permet de dévorer les pages tant elle est agréable à lire. Félicitations Sébastien DIDIER.

« La chaîne » d’Adrian McKinty

Mazarine/Fayard 400 pages 11/03/2020

« Le seul moyen de récupérer votre enfant, c’est d’en kidnapper un autre… » C’est ces quelques mots inscrits sous le titre de ce roman qui m’ont donné envie de lire ce récit. Et quelle claque !!!

Un plongeon dans le noir profond, ce mal qui ronge l’âme humaine et qui s’en prenant à des enfants nous bouleverse encore plus. Et à cela, s’ajoute la dualité, victime/bourreau. Car oui cette chaîne quand elle s’enroule autour de vous, elle vous emprisonne mais pas seulement, elle s’empare de votre âme et vous transforme en bourreau sans même vous laisser le temps de réfléchir.

Adrian McKinty nous offre ici un thriller psychologique qui nous questionne, nous interroge sur nous-même. Que ferions-nous dans la même situation que Rachel, qui est une maman célibataire comme beaucoup d’autres, courageuse, se battant pour sa fille et contre la maladie. Sa fille, sa raison de vivre qu’un appel téléphonique lui annonce enlevée, enfermée. On lui demande une rançon mais pas que… Pour la libérer, elle va devoir à son tour devenir une ravisseuse d’enfant et faire vivre le même enfer à d’autres parents.

Dans ce roman, c’est le dépassement de soi que l’on retrouve en toile de fond et il ne s’agit pas juste ici de se sacrifier par amour, c’est trop simple. Une fois le sacrifice fait, nous ne sommes plus là… Ici il va falloir vivre avec … Et notre conscience n’est pas toujours sympa avec nous.

Le seul reproche que je ferais à l’auteur, est qu’avant de nous dévoiler la source de cette chaîne, nous donne beaucoup d’indices qui nous permettent de les découvrir un peu trop vite. Mais ici plus que les coupables, c’est le mécanisme qui est important. Et après sa lecture, vous ne regarderez plus de la même manière ces chaînes idiotes de messages à partager sur les réseaux sociaux.

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑