« Heureux qui comme Alyce, Tome 2 : A fait cent voyages » de Jérémy BOUQUIN

Evidence Editions 598 pages 21/08/2020

Voilà que Jérémy Bouquin clôt déjà les aventures d’Alyce avec ce deuxième tome de sa plongée réussie dans l’univers SF.

Après avoir lu le premier tome, ça y est nous connaissons le décor, les personnages, ce qui fait que nous entrons tout de suite dans ce nouvel opus. Du début à la fin, nous ne lâchons pas ce livre tant ce que vivent Alyce, mais aussi Ego son régulier, sur qui repose l’avenir de leur village et Télémak, leur fils qui devient homme, et aussi certains des personnages les entourant, est puissant, dément et sans répit. Jérémy n’est pas tendre avec ses personnages et ne leur épargne rien.

Ce second tome, clôt donc la saga en nous apportant les réponses aux questions laissées en suspens au premier tome. Nous en connaitrons plus sur le passé d’Alyce, et le devenir d’Ego et Télémak qui ont continué de vivre sans elle pendant son absence.

Pendant toute la lecture de ce roman, j’étais partagé entre ces sentiments de vouloir aller au bout de l’histoire tout en voulant repousser l’instant où je tournerais la dernière page. Les personnages de cette fiction sont attachants avec leurs défauts. Alyce la première cette femme forte, avec ses faiblesses mais que la rage, l’amour font avancer même quand tout semble perdu. J’ai retrouvé chez elle, ce que j’avais beaucoup aimé chez Juliette Nichols dans Silo de Hugh Howey.

Dans cet univers à la mad max, où les bécanes, les flingues, les ressources ont toute leur place, c’est donc avant tout les sentiments qui guident Alyce dans sa quête. Au premier lieu desquels, l’amour pour son fils qui n’a jamais perdu espoir de la retrouver.

Je ne peux que vous encourager à découvrir cette saga Heureux qui comme Alyce chez Evidence Editions. Si en plus, en lisant cette histoire, vous vous rendez compte que ce monde moche, triste, inhospitalier décrit par Jérémy Bouquin est malheureusement celui vers quoi nous courons, peut être et si cela n’est pas déjà le cas, votre sensibilité à notre environnement sera accrue.

« Trois secondes avant de mourir » Ouvrage collectif

Evidence Editions 284 pages 15/05/2020

Je tiens en premier lieu à remercier Evidence Editions et leur fameux Crazy Books Day pour l’envoi de ce recueil de nouvelles.

J’apprécie beaucoup le genre des nouvelles pourtant malheureusement un peu délaissé dans nos contrées. Pourtant quel exercice difficile, la nouvelle laisse peu de temps à la mise en place d’un décor, pour faire connaissance avec les personnages, découvrir l’intrigue et amener une fin réussie.

Dans celui-ci, un thème commun, les trois secondes qui précèdent la mort et quatorze auteurs qui vont nous proposer leur vision. Des auteurs plus ou moins expérimentés, de différentes générations et n’écrivant habituellement pas uniquement que du thriller. Parmi ces quatorze nouvelles il n’y aura que du bon et du très bon et ces nouvelles souvent angoissantes, souvent noires nous laissent parfois aussi passer par d’autres émotions.

Nous y découvrons donc les derniers instants d’un condamné à mort (personnage pourtant à vomir mais qui arrive à nous toucher), un musicien un peu oublié qui s’apprête à faire un barbecue (histoire inspirée de faits réels, nous entrerons dans la tête d’un personnage prêt à en finir avec la vie, nous frissonnerons face à un tueur qui ne tue qu’un membre par famille (en laissant à un survivant de faire le choix de celui à abattre), un braquage de banque, et tant d’autres, avec aussi parfois des notes de fantastiques.

Evidence Edition, dont j’apprécie beaucoup les collections Imaginaire et Clair-Obscur nous permet ici de découvrir un panel d’auteurs dont nous avons envie de découvrir les univers.

Bravo à Dumè Antoni, Kwamé Maherpa, Camille David, Emilie Bertron, Ginou Jussel, Alexandre Ratel, William Lucas, Anthony Boucard, Josepha Bassoni, Vincent Herbillon, Yvan Bermond, Christophe Corthouts, Erik Vaucey et Anthony Boulanger.

« Heureux qui comme Alyce – T1 A fait un beau voyage » de Jérémy BOUQUIN

Evidence Editions 19/06/2020 586 pages

Ce titre du premier roman SF de Jérémy Bouquin vous fera forcément penser au poème de Joachim Du Bellay. Et même si cinq siècles séparent ces deux récits, nous y retrouvons les thèmes de l’Exil et la comparaison du petit village angevin et Rome devient pour Alyce, son village normand proche de Havre et Lutèce (Le nouveau Paris) où fait rage la guerre des Trois.

Jérémy Bouquin nous propulse dans un futur proche à la Mad Max, dans un monde dévasté où la pénurie est présente partout. Etat du monde qui n’est que le fruit des atrocités que l’Homme fait vivre à la planète qui l’héberge.

Alyce est ses Loups se sont posés dans un petit village Havrais où ils tentent de survivre, en protégeant un peu contre leur grès les villageois. Jusqu’à ce que son père, dernier saigneur de guerre l’appel à ses côtés pour ses qualités de stratège militaire. Ce petit résumé est le point de chronologie central de ce récit autour duquel Jérémy Bouquin nous baladera avec une grande maîtrise dans le temps entre la vie avant le départ d’Alyce, la bataille de Lutèce et le « retour » d’Alyce.

Au-delà de l’univers à la fois fou mais crédible créé par Jérémy, ceux sont les personnages qui m’ont vraiment accroché à cette histoire, avec en tête cette battante Alyce qui ne renonce jamais. Pour les lecteurs d’« Une femme de ménage » et d’ « Une secrétaire » vous y retrouverez la force des Sandra et Emilie. 

Ce premier volet des aventures d’Alyce terminé, vous n’aurez qu’une envie : vous plongez dans la suite et découvrir si comme on le souhaite, Alyce triomphe et donne suffisamment d’espoir, pour que dans ce monde la vie vaut la peine d’être vécue..   

Pour le commander c’est par ici :

https://www.evidence-boutique.com/imaginaire/heureux-qui-comme-alyce-1-a-fait-un-beau-voyage

« Le Maître des Ombres » Jean-Christophe Chaumette

Merci à Evidence Editions et leur Crazy Books Day pour m’avoir permis de remporter ce livre de Jean-Christophe Chaumette. J’aime beaucoup cette maison d’édition et leur éthique. En effet chez eux offrir l’accessibilité de leurs ouvrages aux plus grands nombre est gravé dans leur ADN.

J’ai donc reçu et entamer avec plaisir ce roman qu se déroule dans un futur très proche où le monde est divisé entre deux puissances adverses mais qui n’oublient pas les conflits que nous connaissons aujourd’hui comme malheureusement ceux du Proche-Orient. Au début je me suis un peu demandé où je mettais les pieds tant il était question de guerre et d’armée… Mais très vite, le décor posé, ce fut plutôt une bonne surprise, un récit dans lequel je retrouve tout ce que j’aime de l’anticipation, du thriller, de l’historique, du fantastique… Une impression d’être plongé dans un nouveau 5ème élément…

Jean-Christophe Chaumette possède une très jolie plume grâce à laquelle, la lecture de son livre est un vrai plaisir. De plus, il fait vivre ses personnages d’une telle manière qu’il nous suffit de fermer les yeux pour s’imaginer être un spectateur les voyant évoluer devant ses yeux.

Le maître des ombres vous emmène à la découverte d’une entraide particulière entre le lieutenant Jason Garnett, son prisonnier soldat ennemi, un rabbin et une infirmière française, poursuivis par les combattants de l’Islam alors qu’ils sont à la recherche de la geôle dans laquelle serait enfermé Le Maître des Ombres un ancien démon captif depuis des millénaires…

« Les nouvelles aventures de Carnacki » Frédéric Livyns

Evidence Editions – 224 pages – 22/11/2019

Depuis un certain temps, je voulais acquérir des livres d’Evidence Editions et, c’est après avoir vu et apprécié qu’ils partagent une critique plutôt négative de ce livre que j’ai franchi le pas…

Thomas Carnacki est un personnage créé au début du XXe siècle par William Hope Hodgson et que l’on retrouve dans six histoires à l’époque. Frédéric Livyns reprend le personnage pour cette première saison composée à son tour de six histoires.

Carnacki est un détective de l’étrange spécialisé dans la résolution d’apparitions de spectres et, au-delà du côté fantastique, un vrai psychologue pour les âmes tourmentées qui m’a laissé un peu perplexe à la conclusion de la troisième histoire car traitant un sujet sensible, ce personnage n’a pas eu pour moi la réaction que j’attendais face à ce drame familial.

L’écriture de l’auteur est agréable à lire, les situations tout en restant plutôt classiques dans ce genre littéraire sont biens construites.

Pour apprécier au mieux la lecture de ces histoires, je vous conseillerais de les lire avec une pause entre chaque car pour les avoir enchaînées, quelques répétitions m’ont légèrement enlevé un peu de plaisir.

https://www.evidence-boutique.com/imaginaire/les-nouvelles-aventures-de-carnacki-saison-1?search_query=carnack&results=1

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑