Requiem pour un diamant par Cécile Cabanac

Fleuve éditions 468 pages 17/09/2020

Un polar au féminin, écrit par une femme talentueuse qui nous propose des personnages exceptionnels comme on les aime et que ce soit du côté de la police, des victimes ou des truands, la parité est largement respectée.

Cécile Cabanac signe avec Requiem pour un diamant, un polar de toute beauté en utilisant tous les codes du genre qui permettent de transformer une intrigue relativement classique au départ en un enchevêtrement d’évènements et rebondissements qui nous tiendra en haleine.

De plus grâce à l’auteure, nous faisons connaissance avec ce monde des diamantaires dont elle nous révèle la face cachée.

Je remercie Fleuve éditions et Netgalley pour cette lecture.   

La confidente par Renée Knight

Fleuve éditions 400 pages 27/08/2020

Renée Knight revient avec un thriller psychologique écrit à la première personne, avec lequel, elle confirme son talent. Dans ce type de thriller, les personnages sont les ingrédients les plus importants et l’auteure nous a gâtés à la fois avec les deux principaux mais aussi avec certains secondaires.

Christine est la secrétaire de Mina, PDG d’une chaîne de magasin, qui succède à son père. C’est une femme dévouée, voulant réussir et faire réussir sa patronne qui l’obsède. Seulement Mina exercera sur Christine une influence dévastatrice.

Le seul défaut que je trouve à ce roman est son rythme plutôt lent et surtout au départ. La mise en place de l’intrigue, nécessaire prend beaucoup de temps et je l’avoue, j’ai failli décrocher. Seule, ma volonté de faire des retours sur l’ensemble de mes lectures m’a poussé à continuer et au final, je ne suis pas déçu de cette lecture.

Merci à Netgalley et Fleuve éditions.

La Bible perdue par Igor Bergler

Fleuve éditions 592 pages 08/10/2020

J’ai été très intrigué par cet ouvrage de type thriller historique/ésotérique, son auteur, le « Dan Brown » roumain, qui m’ont fait penser à mes lectures d’il y a quelques années. Sa traduction française publiée chez Fleuve Noir me rassurait sur le fait d’avoir en main, un roman de qualité et ce fut le cas même si…

Ce roman est un best-seller dans son pays d’origine et effectivement, il possède tous les ingrédients qui font en général le succès de ces récits, un professeur intelligent, charmant, érudit et au tempérament aventureux, l’enquêtrice, femme fatale, pleine de ressources aussi intelligente et aventureuse, une intrigue dans le présent mais qui remonte à des mystères anciens et une mécanique bien huilée mais sans réelles surprises à part une petite touche fantastique qui ne m’a pas déplu.

« La bible perdue » est donc pour moi un roman fait pour les amateurs de thrillers ésotériques et le seul vrai reproche à faire à ce récit est sa longueur, l’auteur, Igor Bergler, ne se prive jamais pour se lancer dans des descriptions interminables qui certes, enrichissent l’histoire mais cassent le rythme en nous faisant parfois un peu décrocher.

J’ai en tout cas bien apprécié le personnage principal Charles Baker dont ce n’est pas la première aventure même si c’est la première en français.

Résumé:

Interrompu par la police roumaine en pleine conférence, le célèbre professeur Charles Baker, de l’université de Princeton, croit d’abord à une méprise. Que peut-il avoir à faire avec les vicissitudes de Sighisoara, petite ville au fin fond de la Transylvanie ? Pourtant, lorsqu’il parvient sur la scène de crime devant trois cadavres auxquels il manque les yeux, les oreilles et la langue, la mise en garde est claire : ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire.
En dépit des menaces, accompagné de Christa, enquêtrice d’Interpol, Charles poursuit ses recherches sur les traces du mystérieux sabre de Vlad l’Empaleur, et de la première Bible de Gutenberg, supposée renfermer un message secret auquel le destin de l’humanité serait lié. Mais il n’est pas le seul à convoiter cette fameuse relique : une étrange organisation agit dans l’ombre et le suit pas à pas pour mettre la main sur le livre sacré avant lui…

« Il était deux fois » de Franck Thilliez

Fleuve noir 4/06/2020 528 pages

Quand un roman de Franck Thilliez intègre ma PAL vertigineuse, généralement, il n’y reste pas longtemps. « Il était deux fois » ne déroge pas à cette règle. Franck démontre avec ce nouveau thriller qu’il en est incontestablement le maître français.

Pour moi Thilliez est le plus habile dans la construction d’intrigues complexes nous cachant de nombreuses surprises.

Une fois de plus, c’est un roman que l’on dévore à grande vitesse, tant nous voulons connaître la suite.

Pour ce roman, un « one shot » qui est lié au « Manuscrit Inachevé », Franck nous prouve également qu’il sait donner de la profondeur, créer un passé, une histoire à des personnages non récurrents.  

Pour l’histoire, Gabriel Moscato, lieutenant de gendarmerie se réveil dans la chambre d’hôtel où il est entré en cette année de 2008, dans le cadre de l’enquête sur la disparition d’une adolescente, sa propre fille. Sauf qu’à son réveil, nous sommes en 2020, qu’il est habillé en civil et n’a plus la même tête que la dernière fois où il a vu son reflet dans un miroir.

Dans ce roman, il sera beaucoup question de mémoire (et on retrouve le gros travail de documentation fidèle à Franck), d’amour (celui d’un père pour sa fille), d’amitié (de celle que l’on croit éteinte mais qui reste forte) et d’art (surtout les limites que l’on peut lui donner) dont une des formes ne sera pas inconnues aux amateurs de Luc Mandoline.

« Il était deux fois » est la preuve que quand on est le meilleur, on peut encore se surpasser…

« Regarde » Hervé COMMERE

Fleuve Editions Collection Fleuvenoir

J’attendais avec impatience le nouveau roman d’Hervé Commère que j’avais découvert avec « Des ronds dans l’eau » suite au salon du livre de Péronne dans la Somme. Depuis je suis son actualité ayant beaucoup apprécié son style. Chacun de ses romans est différents mais nous y retrouvons à chaque fois les mêmes ingrédients : une écriture des plus agréable à lire et jouant avec nos sensibilités, une galerie de personnages auxquels nous nous attachons facilement et une intrigue de fond nous empêchant de reposer le livre une fois ouvert.

Dans « Regarde » certains personnages ne seront pas inconnus aux lecteurs de « Sauf », mais sans avoir lu ce précédent roman, vous pouvez très bien lire celui-ci.

Le thème principal de ce roman noir est l’amour, un amour entre deux personnes que seul le hasard de la vie a fait se rencontrer car complètement différents. Un amour qui survit avec le décès de l’un des deux à travers cette femme forte au destin incroyable, Mylène.

Comment survivre quand l’être aimé n’est plus ? Comment réagir quand peut-être il serait vivant ?

Avec « Regarde », Hervé Commère nous prouve une fois de plus son talent de conteur qui apporte de la poésie dans les profondeurs du noir. Et une fois terminé, j’attends avec encore plus d’impatience son prochain roman…

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑