L’arpenteuse de rêves par Estelle Faye

Rageot – 352 pages – 13 octobre 2021

Estelle Faye, signe avec L’arpenteuse de rêves, un conte merveilleux où derrière une apparente lecture divertissante, se trouve un récit empreint de réalisme.

Le royaume de Claren pourrait s’apparenter à une montagne couronnée comme peut l’être la préfecture de l’Aisne, Laon. Une colline sur laquelle en place d’une cathédrale se niche un palais, celui de la mystérieuse Jeune Reine. Autour, en plus de l’habitat de riches bourgeois, se trouve une Académie, celle des Arpenteurs, qui ont le pouvoir de visiter les rêves.

Plus nous nous éloignons du sommet de cette colline, plus la pauvreté se dévoile. Sur ses soubassements, vit une population très pauvre, dans un environnement pollué et où certains, pour survivre, trichent, volent, font régner la terreur. Parmi ces brigands, les Silures avec à leur tête Marcus. C’est à leur côté, contraintes, que Cassandra et sa jeune sœur Lissem vécurent quelques années. Cassandra, comme les Arpenteurs, possède le don de se rendre dans les rêves. Don qu’elle doit utiliser à mauvais escient pour dévaliser les victimes endormies. Jusqu’au jour où Lissen est tuée et où Cassandra, s’enfuit, se cache et devient Myri.

Quelque temps plus tard et alors qu’au hasard de rencontres, Myri, s’est trouvée une nouvelle famille à qui, elle dissimule son don, des spectres apparaissent et un étrange mal s’étend. Quand le petit Miracle, ce bébé que cette drôle de famille a recueilli, à son tour est touché, Myri n’a d’autre possibilité que d’utiliser son pouvoir.

L’Arpenteuse de rêves, c’est de la fantasy, mais pas seulement. Certes, dans ce roman, il y a de la magie, des créatures fantastiques, un monde imaginaire mais, il y a aussi, des thématiques universelles et toujours, très actuelles telles que l’écologie, la place des femmes dans la société, les inégalités sociales, les luttes de pouvoir. Ce roman est une aventure que nous pourrions aisément qualifier d’aventure philosophique avec en conducteur cette question : « Qu’est-ce qui compte vraiment pour nous ? ».

Ce roman en plus, de ce récit intelligent et accessible aux jeunes lecteurs dès l’âge d’une douzaine d’années, bénéficie d’une magnifique couverture, illustrée par Paul Echegoyen et mise en valeur par des incrustations dorées. À l’approche de la fin d’année, une super idée cadeau.

Pour aller plus loin…

Le site de l’éditeur : https://www.rageot.fr/livre/larpenteuse-de-reves-9782700276565

Pour découvrir l’univers d’Estelle Faye : https://www.estellefaye.fr/butitsmyonlyline/

Le cinéma hanté par Frédéric Lyvins

Éditions Faute de frappe – 168 pages – 15 octobre 2021

Une bande d’ados, un cinéma où rôde un spectre, le tout orchestré par le talentueux Frédéric Lyvens. Vous ne dormirez plus que la lumière allumée.

Bon, n’exagérons rien !! Pas pour le talent de Fred Lyvens, mais le côté flippant. C’est un roman destiné aux jeunes lecteurs quand même. Et, les moins jeunes comme moi, l’apprécieront également. Que de souvenirs où gamin, je lisais planqué sous ma couette à la lumière d’une lampe Varta comme nombre d’entre vous je suppose. Nous sous-estimons trop souvent le bienfait de ce genre de littérature qui en nous faisant un peu flipper, nous aide à vaincre nos peurs, nos angoisses.

Wattrelos, commune du Nord, située sur la frontière belge. Sophie et Louis, son petit frère, arrivent en vacances, accompagnés de leurs parents, chez leurs cousins Charles et Bertrand. Quitter leur Provence pour le Nord, même juste pour quelques jours, n’était pas facile. Mais, l’accueil chaleureux reçu leur fera vite oublier cette peine. Les cousins sont tellement heureux de les accueillir d’autant plus, que Bertrand, cinéaste amateur vient de perdre l’actrice principale de son prochain court métrage. Cette dernière a vécu une expérience troublante devant le cinéma abandonné à la terrifiante réputation où ils doivent tourner, il serait réellement hanté.

Mais, qui a dit que les ados étaient froussards ?? Pas cette joyeuse bande en tout cas. Ce film, sera le meilleur de Bertrand, il a tout prévu… Tout ne se passera pas exactement comme il le voulait.

Des personnages attachants, ados comme parents, un lieu magique, une impression d’être dans un film d’horreur des années 80 tout en étant très contemporain et un fantôme… Envie de flipper ? Courez chez votre libraire direction le Quai des Cauchemars, le train n’attend plus que vous pour partir.

Le site de l’éditeur : https://www.editionsfautedefrappe.fr/page-d-articles/le-cinema-hante-fr%C3%A9d%C3%A9ric-livyns

Le site de l’auteur : http://www.livyns-frederic.com/

Panique à Gémélia par Betty Piccioli

Gulf Stream éditeur – 192 pages – 11 Juin 2020

De la fantasy loufoque à destination des jeunes lectrices et lecteurs. Une enquête du grand enquêteur Ivan Lorpalou, assisté de Cornélius, sa licorne sans corne.

Un joli moment de lecture que ce roman dans lequel nous découvrons un jeune enquêteur attachant, parfois insupportable, Ivan. Un jumeau qui a perdu son frère. Par amour pour ce dernier, il devient enquêteur et cherche à résoudre le mystère entourant son décès. Pour cela, il mène enquête sur enquête dans l’espoir de collecter suffisamment d’indices concernant Igor son frère disparu quand il est appelé au château afin d’être chargé par la princesse Aurélia de découvrir qui a empoisonné le prince Aurel. Il sera alors accompagné par Cornélius, une licorne aigrie depuis la perte de sa corne. Un duo loufoque d’enquêteurs. Sur leur route se dresseront des sorcières jumelles dont l’une est maléfique et d’étranges animaux.

Un récit amusant qui fait la part belle à l’amour et l’empathie, et qui se dévore sans modération. De plus, le récit de Betty Piccioli est accompagné de belles illustrations d Nathanaël Ferdinand.

Le site de l’éditeur : https://gulfstream.fr/produit/panique-a-gemelia/

Enquêtes aux Jardins – La conjuration Lamarck par Guillaume Le Cornec

Éditions Plein Vent – 232 pages – 13 octobre 2021

Une nouvelle enquête d’Emma et Lucas, nos enquêteurs spéciaux de la guilde des Jardins du Roi, dans les magnifiques décors du Jardin des Plantes de Paris et du Muséum National d’Histoire Naturelle.

Invités à passer une semaine en immersion au Muséum, Emma et Lucas, vont se retrouver confronter très vite à un vol commis au cœur des collections avec la disparition des guirlandes florales de Ramsès II, faisant partie de l’Herbier national. Cette immense perte pour la communauté scientifique mobilisera les forces de police qui confineront sans tarder ce lieu emblématique. L’amour pour la botanique et la curiosité de nos deux héros, les pousseront très vite à démarrer leur propre enquête.

Ce troisième opus, nous emporte dans une aventure à cent à l’heure ou sans cesse, les certitudes explosent et l’auteur prend plaisir à se jouer d’Emma et Lucas et de nous, lecteurs. On ressent tout le plaisir que Guillaume Le Cornec prend à écrire ces enquêtes. Tous les ingrédients sont présents afin de nous embarquer dans l’histoire dès le début en réussissant à rendre ce récit accessible aux lecteurs n’ayant pas lu les précédents opus (Les empoisonneurs et Les pommes de l’apocalypse) et en procurant le plaisir pour les autres, de retrouver Emma et Lucas un peu plus vieux. La transformation de Lucas en jeune homme est très touchante. N’oublions pas non plus la présence de personnages secondaires souvent un peu mystérieux, plus ou moins présents dans cette histoire, particulièrement Jeanne. Mais, n’en disons pas trop…

Les enquêtes aux jardins ne seraient pas ce qu’elles sont sans la botanique, la protection de l’environnement, la place de la science, que l’on retrouve ici avec les éléments du réel, attachés à la fiction comme la guirlande de fleurs de Ramses II (entre autres des Lotus bleus d’Egypte), la Grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel, qui projette de limiter l’expansion du plus grand désert mondial ou, Lamarck, le naturaliste français. Et, surtout, Guillaume Le Cornec, nous prouve une nouvelle fois, que la littérature accessible aux jeunes lecteurs et s’adressant à TOUS les lecteurs, n’est pas nécessairement infantile, est intelligente, donne les moyens d’apprendre des choses en prenant du plaisir à lire. Mettre un exemplaire d’enquêtes aux jardins entre les mains d’un lecteur et un excellent moyen de l’aider à prendre conscience des richesses du vivant qui nous entourent et de lui donner envie de lire.

Un grand merci à Guillaume et aux éditions plein vent pour ce troisième tome des enquêtes aux jardins, la conjuration Lamarck.

Une plongée dans les immenses serres du Jardin des Plantes de Paris
Guirlandes de fleurs de Ramses II
La grande muraille verte

Le site de l’éditeur : https://www.editionspleinvent.fr/livre/fiche/la-conjuration-lamarck-9782492547188

Amis bibliothécaires, n’hésitez pas à utiliser l’expo autour du tome 2 en bibliothèque : https://www.enquetesauxjardins.fr/#exposition et à consulter La Mutinerie pour vos projets de médiation culturelle et scientifique : https://www.lamutinerie.net/

Terrienne par Jean-Claude Mourlevat

Gallimard Jeunesse – 416 pages – 12 septembre 2013

Terrienne, est un inclassable roman de Jean-Claude Mourlevat, lauréat du prix Astrid Lindgren considéré comme le Nobel de la littérature jeunesse. Roman à la fois d’aventure et d’enquête, également dystopie sur fond de philosophie, roman accessible aux jeunes lecteurs de 12-13 à 120 ans, il n’entre dans aucune case mais, a toute sa place chez les bibliophiles.

La jeune Anne, une presque adulte de 17 ans, partira à la recherche de sa sœur ainée, disparue peu après son mariage avec un étrange bonhomme, Jens. Après avoir reçu un étonnant message de Gabrielle, elle s’aventurera sur une route de campagne qui, l’emmènera dans un monde parallèle, aseptisé, totalitaire où la respiration est bannie. Cette dystopie écrite il y a près de dix ans résonne presque aujourd’hui de manière prophétique. Elle entraînera avec elle, un attachant vieux monsieur, Etienne, veuf de Madeleine, retraité, mais écrivain qui verra là, une façon de plonger dans l’imaginaire de ses romans.

C’est là, une grande partie de l’intérêt de ce très bon roman, la place de l’irréel, du fantasmé dans notre réalité. Car, notre Terrienne, Anne, se retrouve confrontée à cette civilisation, une espèce plus très humaine, mais étrangement proche de nous, réduite à une forme d’esclavage et où les femmes capturées sur Terre ne deviennent que des objets de reproduction. Ce monde parallèle, nous fait obligatoirement penser à Atwood, Orwell, les maîtres de la dystopie.

Avec beaucoup de talent, l’auteur, nous conte ce monde terrifiant, mais passionnant. Il nous offre une parenthèse de réflexion sur nos imperfections qui nous rendent si uniques tout en nous capturant dans un récit rythmé que l’on ne lâchera plus. Un grand roman qui donne envie de lire tout Mourlevat.

Terrienne a été écrit dans l’ambiance envoutante de la musique de Philip Glass… et si vous le lisiez en écoutant ce génie de la musique minimaliste…

Le site de l’éditeur : https://www.onlitplusfort.com/livres/terrienne/

Le site de Jean-Claude Mourlevat : https://www.jcmourlevat.com/

Le croque-mitaine par Jérémy Bouquin

Oskar – 193 pages – 15 octobre 2014

Connaissez-vous le croque-mitaine ? Certainement, tant il y en existe de version à travers les âges et à travers les cultures. Leur point commun, les croque-mitaines servent à faire peur aux enfants souvent, pour permettre de leur interdire quelque chose. Jérémy Bouquin, dans ce roman accessible à de jeunes lecteurs, nous en propose un presque comme les autres.

Avec Jérémy Bouquin, on se s’ennuie jamais, ses romans plutôt courts, se dévorent à un rythme accéléré et dès les premières pages, on sait où l’on va. Ici, nous sommes avec la victime d’un kidnapping dans le coffre d’une voiture. Une jeune victime, qui nous dira à la seconde page : J’ai treize ans et demi… et je ne veux pas mourir ! Sans rien dévoiler de l’intrigue, le croque-mitaine en est le responsable. La suite arrivera bien plus tard, puisque le narrateur, Siffleur nous racontera les quinze jours précédents cet enlèvement.

Dans un futur proche, de jeunes enfants, vivent dans un internat où ils sont regroupés en catégories d’âge et étant affublés de matricules, s’appellent par des prénoms, il y a donc Siffleur, U75 et ses camarades dont Caboche, Costaud, Beau Gosse… Encadrés par des référents, ils vivent dans un monde coupé du réel, une bulle carcérale, mais où ils sont heureux, nourris, logés, instruits et s’amusent. Siffleur prend un malin plaisir à captiver les plus jeunes avec des histoires d’enfant qu’il revisite à la sauce croque-mitaine. Seulement, quand Caboche, lui dit l’entendre, ce monstre imaginaire, la vie à l’internat, ne sera plus tout à fait la même…

Qui est le croque-mitaine ? Est-ce vraiment le kidnappeur ? Un croque-mitaine peut-il en cacher un autre ? Et si, comme les monstres imaginaires, Le croque-mitaine de Jérémy Bouquin, n’avait pas un message à nous passer, nous mettant en garde des dangers, de certains chemins que nous empruntons ?

Le croque-mitaine en musique par Magoyond. Découvrez leur univers sur https://www.magoyond.com/

Kid Paddle – T16 – par Midam

Editions Dupuis – 48 pages – 06/11/2020

Kid Paddle, ce jeune garçon d’une dizaine d’années, fan de jeux-vidéo, reviens dans un 16ᵉ album Kid N’Roses.

Dès la première planche, nous retrouvons avec plaisir Kid et son meilleur ami Horace, qui essayent de gruger le guichetier du cinéma afin d’aller voir un film d’horreur interdit aux moins de dix-huit ans, « La Nonne ». Pour cela, ils auront la merveilleuse idée de se déguiser en nonne. Sauf, qu’Horace, monté sur les épaules de Kid, et faisant preuve d’une totale inculture religieuse, fera tomber à l’eau à leur plan, se retrouvant fort dépourvu devant un interlocuteur, l’appelant à tour de rôle « ma sœur » ou « ma mère ».

Il aura fallu attendre trois ans pour avoir un nouvel album de Kid Paddle, son créateur se partageant depuis un moment avec son spin-off Game over qui rencontre également un très grand succès. Néanmoins, c’est avec plaisir que nous retrouvons les sketches de Kid, plutôt réussis, même si, à l’image du premier, ils toucheront moins de jeunes lecteurs, qui aujourd’hui ont accès beaucoup plus facilement à un tas de films aussi gores et violents qu’ils le veulent. Les fans de game over seront enchantés de retrouver plusieurs sketchs du petit barbare.

Je remercie les éditions Dupuis et NetGalley pour ce service presse qui, m’a permis de passer un sympathique moment de lecture.

Vous ne connaissez pas Kid Paddle, voici une heure de sa version animée :

Lien vers la page des éditions Dupuis consacrée à Kid Paddle :

https://www.dupuis.com/seriebd/kid-paddle/57

Enquêtes aux jardins – Les pommes de l’apocalypse par Guillaume Le Cornec

Éditions du Rocher 272 pages 02/09/2020

Quelle belle découverte que je dois à la masse critique jeunesse de Babelio que je remercie pour l’envoi de cet ouvrage des éditions du Rocher. J’en profite pour souligner la qualité de ce roman, une très jolie couverture, agréable au toucher et la mise en page qui est très réussie. J’aime également préciser, car c’est important à mes yeux, que ce roman est vendu moins de 13 €, il y a encore des éditeurs qui se soucient de rendre abordable la lecture, surtout quand elles visent les jeunes lecteurs.

Mon seul regret lors de cette lecture a été de me rendre compte qu’il y avait un volume de cette série « enquêtes aux jardins », « les empoisonneurs », avant « Les pommes de l’apocalypse » et même si j’ai parfaitement réussi à lire cet opus, avoir lu le précédent m’aurait permis d’en connaître plus sur les personnages et l’organisation à laquelle ils appartiennent, la guilde des Jardins du Roi.

Ces personnages, justement, Emma et Lucas, deux adolescents hyper mâtures, intelligents, curieux et peut-être même un peu amoureux, sont les principaux protagonistes de ce récit où viennent s’ajouter, entre autre, leurs parents, leur vieil ami et mentor, Jean-Marie James Ecolloyd alias JMJ, son comparse Aristote Théophraste dit Aris’ le Dingue, un major instructeur surnommé le cinglé du Devonshire et un tas de chercheurs étrangers. Emma et Lucas, sont les récentes recrues de cette organisation appelée « La guilde des Jardins du Roi », qu’Emma décrit à merveille : « En clair, notre boulot consiste à mettre des bâtons dans les roues aux pourritures qui portent atteinte gravement à l’environnement, qui tentent de privatiser le vivant au profit d’intérêts douteux, qui déforestent, qui massacrent et anéantissent des écosystèmes fragiles et des espèces menacées pour se faire du fric ». Là forcément, je suis conquis. En effet, notre rapport à l’environnement doit radicalement et urgemment changer, et comme cela a été fait aux siècle des Lumières avec l’Eglise, la littérature est notre meilleure alliée pour nous faire réfléchir.

Mais revenons à nos moutons, plutôt ici pommiers et orchidées, Guillaume Le Cornec, nous propose un écolo-polar jeunesse, jeune adulte, une classification que je n’aime pas trop, je dirai donc accessible à de jeunes lecteurs avec quand même un bon niveau de lecture. Dans cette enquête, aux décors que nous imaginons magnifiques, luxuriants, de cette beauté que seule la nature puisse nous offrir même au cœur de ville comme Rouen ou Nantes, nous sommes sensibilisés à la botanique, cette science du vivant, qui est consacrée à l’étude des végétaux, poumons de la planète. Et je ne doute pas qu’un certain nombre de jeunes lecteurs auront la curiosité suffisamment titillée pour chercher à en savoir plus et je l’espère trouver une vocation à leur avenir professionnel et un nombre encore plus grand, à protéger cette planète, désastreux héritage que nous leurs laisserons. L’enquête en elle-même reprend les ingrédients du polar, avec même une dose d’action qui m’a vraiment surpris et qui en fait un hybride polar-espionnage-aventure qui garde le lecteur en haleine. Sans oublier, une plume agréable à lire et à travers laquelle, nous ressentons, l’engagement et la passion de l’auteur.

Portrait de Guillaume Le Cornec auteur d’enquêtes aux jardins
Découverte du Jardin des Plantes de Nantes
Jardin des plantes de Rouen
Pour le clin d’œil, très belle interprétation de la version française de Paint it black que j’ai eu la chance de découvrir en live au Zénith de Lille

Le fil de l’Histoire – La peste, histoire d’une pandémie par Fabrice Erre et Sylvain Savoia

DUPUIS 43 pages 02/10/2020

Dans la crise sanitaire actuelle, les enfants posent souvent pas mal de questions auxquelles nous ne savons toujours pas forcément bien formuler les réponses adéquates. Fabrice Erre et Sylvain Savoia, à travers leurs personnages de Nino et sa grande sœur Ariane, ont les mots justes pour rendre ce sujet accessible aux plus jeunes (dès 6 ans en lecture accompagnée) dans cet album, hybride entre bande dessinée et documentaire.

Je trouve, pour avoir dernièrement fouiné dans des documentaires enfants plus anciens, que cette série donne un vrai coup de jeune à des ouvrages qui ont encore une vraie utilité pour des jeunes lecteurs curieux et qui n’ont pas encore le réflexe systématique de demander à google et autres des informations sur tout et n’importe quoi. De plus, le ton léger et humoristique employé, rend la lecture agréable.

Dans cette série, très abordable en plus, chaque tome étant au prix de 5,90 euros, vous trouverez des sujets aussi intéressants que variés sur Le Titanic, Le mur de Berlin, Gandhi, Les vikings, Le premier pas sur la Lune, Napoléon,….

Pour les plus grands, une vidéo de Ben de Nota Bene :

La boîte à musique – T4 – par Gijé et Carbone

DUPUIS 56 pages 30/10/2020

Quel plaisir de retrouver cette émouvante série jeunesse avec Nola et ses amis de Pandorient. Les premières planches, nous rappellent avec émotion que Nola a perdu sa maman il y a peu et, se retrouve donc à vivre avec son papa, qui vient de trouver le courage de débarrasser les affaires de sa défunte épouse. Nola, l’aidant, tombe dans un des cartons sur une mystérieuse clef, qui lui rappelle l’un des dessins du carnet de sa maman qu’elle garde précieusement. Devenant de plus en plus téméraire, prenant confiance en elle, ni une, ni deux, elle décide de rejoindre Pandorient, à la recherche de la serrure à laquelle est liée cette clef.

Cette quête, amènera notre jeune héroïne à mener un autre combat, celui pour l’amour qui ne doit être contrôler par des lois idiotes, car même dans une société magique, des principes archaïques subsistent, empêchant deux êtres, sous prétexte d’une origine différente à s’aimer.

Cette série née de la collaboration de Gijé et Carbone est décidément un régal pour les amoureux de fantasy, d’émotion, de courage et amateurs de belles illustrations. A quand le cinquième tome ?   

Je vous invite si ce n’est pas encore le cas à lire mes articles sur les trois tomes précédents

https://imaginoire.fr/2020/10/11/la-boite-a-musique-t1-bienvenue-a-pandorient-par-gije-et-carbone/

https://imaginoire.fr/2020/10/18/la-boite-a-musique-t2-le-secret-de-cyprien-par-gije-et-carbone/

https://imaginoire.fr/2020/10/23/la-boite-a-musique-t3-a-la-recherche-des-origines-par-gije-et-carbone/

Et il n’y a pas que moi qui dit que c’est bien ….

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑