Et nous aurons l’éternité par Catherine Fradier

Au diable Vauvert – 288 pages – 06 mai 2021

Derrière cette hypnotique couverture où deux êtres baignent au milieu de livres, se cache un récit qui m’a énormément marqué, aspiré, surpris.

Nous sommes en 2051, dans une France bouleversée par les changements climatiques. Une société telle qu’aurait pu imaginer Georges Orwell. L’eau est une denrée rare, rationnée, la viande n’existe plus. Les citoyens, sont réduits à l’état d’esclaves modernes, privés de liberté. Le capitalisme a gagné sur la vie. Victoire facilitée par l’appauvrissement intellectuel de la population. Néanmoins, existent encore, heureusement, des personnes qui rejettent, dénoncent ce système. Parmi elles, Norma, une des rares personnes âgées à avoir survécu. Romancière, sa vie fut bien remplie. Une jeune étudiante lui propose de l’interviewer afin d’évoquer son passé de « fictionneuse ». Norma accepte, ce qui lui laisse un répit avant de devoir quitter son immeuble, destiné à la destruction, pour rejoindre un « établissement de retrait ».

Ce roman d’anticipation, se lit comme un livre d’histoire tellement il transpire le réalisme et nous montre la destination vers laquelle nous nous dirigeons à grands pas, sourds aux signaux que la nature nous envoie et que certains, scientifiques, écrivains… dénoncent. Extrait : « À part lire, qu’avez-vous fait ? Peu de choses en réalité. Comme d’autres écrivains de son époque, essayistes, écologistes, auteurs d’anticipation, scientifiques, journalistes simples citoyens, Norma avait tenté d’alerter sur les catastrophes à venir. Mais toutes ces publications, ces ouvrages, ces articles n’étaient lus que par une minorité de convaincus, membres de la société civile aux pouvoirs restreints, souvent perçus comme des catastrophistes qui se complaisaient à annoncer un effondrement de la civilisation thermo-industrielle qui ne venait jamais. Jusqu-à ce que tout s’emballe. » Mais, comme Catherine Fradier l’écrit si bien un peu plus tard, « Quelles que soient les épreuves que traverserait encore l’humanité, il y aurait toujours des riches et des puissants qui s’affranchiraient des règles imposées au plus grand nombre. Une poignée de voraces qui profiteraient des ultimes ressources, sans jamais cesser de garder un œil sur la populace, le knout à la main ».

Heureusement, derrière ce noir tableau d’un avenir qui semble tout tracé, Catherine Fradier, nous rappelle que l’humanité n’est pas que mauvaise, preuve en est, les relations entretenues dans son immeuble entre les habitants, l’amour de la littérature qu’elle transmet autour d’elle et en particulier à son petit-fils et l’amour pour Charly, son défunt époux qui aura été plus fort que la mort.

Un grand merci aux éditions « Au diable Vauvert », pour ce roman qui, je l’espère, participera à éveiller des consciences.

Le site de l’éditeur : https://audiable.com/boutique/cat_litterature-francaise/et-nous-aurons-leternite/

Les Thermes du Paradis par Akli Tadjer

Éditions JC Lattès – 314 pages – 26 février 2014

Akli Tadjer, nous plonge dans une histoire où l’émotion, la tendresse, la mort, le deuil se mêlent avec réussite à l’amour et à l’humour.

Adèle Reverdy, tout juste trentenaire, est orpheline de père et de mère depuis une dizaine d’années quand, dans un terrible carambolage, ses parents ont perdu la vie, lui laissant comme héritage, les rênes d’une entreprise de pompe funèbre. Plutôt épanouie professionnellement, sa vie amoureuse est un vrai désastre. Il faut dire qu’en plus de côtoyer la mort au quotidien, Adèle, qui se trouve moche et partage son appartement avec son amie Leïla, thanatopractrice, font régulièrement fuir les hommes qui les approchent, apeurés d’être contaminés par la grande faucheuse. Même si elles s’en amusent beaucoup, en jouent parfois, l’une comme l’autre, rêvent toujours du grand amour.

Le soir de ses trente ans, fêtés à l’initiative de sa sœur ainée, Rose, qui espère la faire craquer pour l’un de leurs anciens camarades de lycée invités à cette soirée, c’est sûr Léo, un beau trentenaire, à l’allure athlétique, au corps sculpté par des années de pratique du trapèze, que son attention se porte. Seulement Léo, depuis un terrible accident qui l’a plongé dans le coma, a perdu la vue. L’oncle d’Adèle, la qualifiera pour l’occasion de « surdouée des emmerdes de la famille ».

Je sors assez peu de ma zone de confort littéraire tournant autour des littératures de genre que sont les polars, romans noirs ou de l’imaginaire mais, je le fais à chaque fois avec beaucoup de plaisir pour lire les romans d’Akli Tadjer. C’est une nouvelle fois le cas avec Les Thermes du Paradis. Peu d’auteurs réussissent avec autant de talent à mixer des émotions totalement opposées qui permettent de faire jaillir la lumière des océans de noirceur. Ses personnages se retrouvent souvent à faire face à des situations compliquées face auxquelles, ils se retrouvent à douter, à se décourager, à oser, à se dépasser. Jamais lâches, jamais « super-héros », ils sont humains avec leurs qualités et défauts.

Le milieu professionnel du funéraire nous est bien souvent inconnu. Quand, malheureusement, nous y sommes confrontés, c’est dans les moments les plus tristes de nos vies, ceux de la perte de proches. Dans ces moments-là, ne nous voyons que les silhouettes sombres de ces femmes et ces hommes, œuvrant discrètement au bon déroulement du dernier au revoir et nous montrant le chemin qui nous aidera à traverser notre deuil. À travers les personnages d’Adèle, de Leïla, d’Abdelmoumen, de Kevin ou d’Arthur, Akli Tadjer, nous rappelle, que ces professionnels de la mort, sont des femmes et des hommes comme les autres.

C’est avec un profond respect et une reconnaissance éternelle pour ce qu’elle a fait pour mon frère et moi, en s’occupant de notre maman, que je dédie cette chronique à Aurélie Claeyssen.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑