» Le jour où  » par Amélie Antoine

XO EDITIONS 395 pages 03/09/2020

Difficile exercice que de rédiger un retour sur un livre qui vous a ébranlé. En effet et en sachant un peu à ce que l’on s’expose quand on lit un auteur qui n’écrit pas qu’avec son talent mais avec son âme, Amélie Antoine écrit des fictions mais qu’elle parsème d’un peu d’elle, d’expérience, de vécu, d’émotions ressenties, ce roman a fait résonner en moi mais comme j’en suis sûr fera résonner en vous des souvenirs proches ou lointains.

Le jour où, nous en avons tous connus, de ces journées qui marque un trait entre l’avant et l’après, évènements intimes ou collectifs tel ce 11 septembre 2001, un mardi qui restera à jamais dans nos mémoires. Souvent ce « jour où » est synonyme pour nous de remise en question, de perspectives d’avenir différentes. Ce nouvel avenir sera pour certains joyeux quand pour d’autres il les attirera vers les ténèbres. Face à ces « jour où » nous ne sommes pas tous égaux.

Ce récit donc, se fera rencontrer deux âmes égarées, deux écorchés de la vie qui vont apprendre à se connaître, à s’apprivoiser, à voir de la lumière dans l’ombre de leurs destins. Rebecca et Benjamin que rien ne présager à se rencontrer, se retrouveront dans un cimetière, elle entretien des tombes, lui est venu à l’enterrement d’un inconnu. Il se sent coupable de vivre, elle ère tel un spectre enfermé dans le monde des vivants. Deux âmes errantes ont-elles le droit de se rapprocher ? De s’accrocher à un envisageable bonheur ?

La lecture de ce livre m’a amené à réécouter une chanson qui réveille des douleurs en moi. Celles d’avoir vu mon frère explosé de chagrin dans la voiture que nous partagions afin de rejoindre l’hôpital où ma mère vivait ses derniers jours. Idiot, enfermé dans mon propre chagrin, je n’avais pas compris sur l’instant la souffrance qu’il vivait lui de son côté. j’étais malheureux, légitimement, mais lui n’avait pas le droit au bonheur, celui d’être père. Sa compagne était dans son huitième mois de grossesse, Juliette, se fille naîtra le jour où nous avons dispersé dans un dernier au revoir les cendres de notre maman. Dans cette chanson revient sous forme de refrain la vie est belle et cruelle à la fois. Je trouve que cette phrase colle à merveille au roman d’Amélie. Il y a toujours une face opposée sombre ou lumineuse à l’image des Hommes qui cachent tous une part d’ombre. Certains savent la garder au fond d’eux, d’autres non. Parfois comme dans l’histoire de Rebecca, cette part d’ombre se révèle chez l’être à qui vous vous êtes donnés corps et âme.

Merci Amélie d’illuminer les ténèbres, de nous rappeler que même si la vie peut être cruelle, elle est belle et qu’elle vaut d’être vécue.

Pour le commander :

https://www.lalibrairie.com/livres/le-jour-ou_0-6731382_9782374482170.html?ctx=6ee8969a4e7735218a98b48238b9432e

 » Malgré tout  » par Jordi Lafebre

DARGAUD 152 pages 25/09/2020

Malgré tout est un roman graphique, un album dont le scénario ainsi que les dessins sont réalisés par Jordi Lafebre aidé pour les couleurs par Clémence Sapin.

Malgré tout est un conte moderne, sur le temps, le temps qui passe, le temps que l’on a, ce que l’on en fait, ce qu l’on aimerait en faire. C’est également un hymne à l’amour, celui que l’on vit, celui à côté duquel on passe, un amour qui reste présent plein de bienveillance et de respect.

Un peu comme dans la nouvelle de F. Scott Fitzgerald, dont a été tiré le film « L’étrange histoire de Benjamin Button », mais sans le côté fantastique, nous allons remonter le temps du chapitre 20 au chapitre premier, pour découvrir les moments de vie d’Ana Dellacasa dévouée maire de sa copine à l’aube d’une retraite bien méritée et de Zeno Simia, libraire, doctorant en physique, incapable de rester au même endroit trop longtemps tant la soif de découverte, d’apprentissage, l’emmène voguer vers l’inconnu. Ana et Zeno, se sont croisés, éloignés, retrouvés mais jamais oubliés.

Les illustrations de ce roman ainsi que les couleurs les mettant en couleur sont d’une douceur poétique à l’image de l’histoire qu’il nous conte. Un peu de magie, de tendresse en ces heures de crise sanitaire mondiale sans précédent nous font un bien fou. Un ouvrage à lire et à partager, pourquoi pas avec celui ou celle dont résonne encore en vous un amour impossible.

Pour le commander :

https://www.lalibrairie.com/livres/malgre-tout_0-6763825_9782505081500.html?ctx=bdfc4e90ede237e528fc7d3f274dd43b

« Ne lisez jamais la dernière page! » de Denis ALBOT

Même pas peur édition 204 pages 15/03/2020

Quand un auteur qui est également éditeur (profitez-en pour découvrir « Même pas peur ») écrit un nouveau roman, c’est un libraire qu’il choisit comme personnage principal. Un jeune homme que l’on imagine bien à la tête d’une maison de la presse et ce, malgré sa timidité maladive ciblée principalement vers les femmes car David souffre de caligynéphobie.

De son comptoir, il voit chaque jour passer pour aller récupérer sa voiture, une jolie jeune femme qu’il n’ose aborder que dans ses rêves. Quand elle cesse se rituel quotidien et que sa voiture ne bouge plus de place, il se décide à enquêter et à en apprendre plus sur elle. Cette quête que nous suivrons attentivement nous fera vivre de nombreuses aventures à la rencontre de plusieurs personnages et nous fera même traverser l’Atlantique.

Ce roman au titre amusant, je vous laisse découvrir pourquoi, se lit très facilement tant le style de l’auteur est sans prise de tête. De plus Denis Albot possède le don de saupoudrer son récit de ce qu’il faut d’énigme, de tension, d’humour et même d’amour afin de nous donner sans cesse l’envie de lire la page suivante et d’atteindre enfin cette dernière page. Tout au long de la lecture, on ressent le plaisir qu’il a eu à écrire ce roman, et le respect et l’amitié qu’il a pour les lecteurs avec lesquels il aime s’amuser. Ce livre sera un formidable compagnon au bord de la piscine où sur la plage, foncez donc chez votre libraire préféré.e que vous ne regarderez plus de la même manière une fois ce livre lu.

Ou acheter le directement sur la boutique en ligne :

https://www.meme-pas-peur-edition.com/product-page/ne-lisez-jamais-la-derni%C3%A8re-page

« Regarde » Hervé COMMERE

Fleuve Editions Collection Fleuvenoir

J’attendais avec impatience le nouveau roman d’Hervé Commère que j’avais découvert avec « Des ronds dans l’eau » suite au salon du livre de Péronne dans la Somme. Depuis je suis son actualité ayant beaucoup apprécié son style. Chacun de ses romans est différents mais nous y retrouvons à chaque fois les mêmes ingrédients : une écriture des plus agréable à lire et jouant avec nos sensibilités, une galerie de personnages auxquels nous nous attachons facilement et une intrigue de fond nous empêchant de reposer le livre une fois ouvert.

Dans « Regarde » certains personnages ne seront pas inconnus aux lecteurs de « Sauf », mais sans avoir lu ce précédent roman, vous pouvez très bien lire celui-ci.

Le thème principal de ce roman noir est l’amour, un amour entre deux personnes que seul le hasard de la vie a fait se rencontrer car complètement différents. Un amour qui survit avec le décès de l’un des deux à travers cette femme forte au destin incroyable, Mylène.

Comment survivre quand l’être aimé n’est plus ? Comment réagir quand peut-être il serait vivant ?

Avec « Regarde », Hervé Commère nous prouve une fois de plus son talent de conteur qui apporte de la poésie dans les profondeurs du noir. Et une fois terminé, j’attends avec encore plus d’impatience son prochain roman…

« Les fantômes de la Duchesse » de Mathieu Vervish

Auto-édition format kindle 220 pages 17/01/2020

Mathieu Vervisch m’a proposé la lecture de son roman et je l’en remercie. Il m’a permis de sortir de nouveau de ma zone de confort. Dans ce roman, il y a une dose de romance, de l’historique et du contemporain avec un soupçon de suspens le tout mis en valeur par une jolie plume que l’auteur maîtrise très bien mais en abuse abondamment certains paragraphes dépassant largement une page ce qui apporte un peu de lourdeur et ralenti le rythme. Néanmoins, le roman n’étant pas très long, il se lit assez facilement. Je pense que si cela avait été un pavé de sept ou huit cents pages, je l’aurai abandonné, ce qui est dommage tant l’histoire est bien construite.

Nous commençons à l’époque contemporaine par un mariage avorté avant de plonger au XVIII ème siècle à la rencontre de Rosalie. L’auteur nous baladera ensuite entre ces deux époques, à la découverte de deux univers différents à première vue mais qui avec du recul se ressemblent beaucoup.

Si vous voulez vous replongez dans cette période révolutionnaire de notre belle France, ce roman est fait pour vous. L’auteur s’est beaucoup documenté et propose un cours d’histoire agréable à recevoir.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑