» La lame  » de Frédéric MARS

Cosmopolis 506 pages 29/05/2019

Une claque, cette lame vous vous la prenez en pleine face. Lire ce roman m’a beaucoup rappelé les sensations ressenties à la lecture d’Entre deux mondes d’Olivier Norek. Cette fois, il ne s’agit pas d’un simple thriller, ce récit est aussi un roman d’anticipation, un livre géopolitique, … Mais attention, à l’image de la scène du prologue, c’est un vrai roman noir que les amateurs du genre ne peuvent qu’apprécier.

Frédéric Mars nous envoie faire un bon dans le futur jusqu’en 2031, après l’ère Macron, la France fut gouvernée par les nationalistes (sans faire de politique, malheureusement nous en prenons le même chemin) avant qu’un candidat, le Obama français emporte l’élection présidentielle. Seulement voilà, le monde change, les difficultés vont croissantes et à l’image de l’ancien président américain, il déçoit. Les élections approchent et Bako Jackson cherche comment se faire réélire. Cette élection n’est qu’une toile de fond à ce récit. Fred ne nous fait pas uniquement voyager dans le temps, il nous balade, de Paris à Marseille en passant par Lyon, mais aussi entre autre à Lagos au Nigeria. Nous faisons également connaissance avec une multitude de personnages attachants ou détestables. A l’image de ces hommes et femmes, nous serons confrontés à des trahisons, des espoirs, de l’amour, de la haine, de la violence, des catastrophes, naturelles ou humanitaires. Jamais nous n’aurons le temps de souffler en dévorant ces quelques 500 pages.

En plus de son style précis, rythmé, l’auteur nous offre presque un documentaire, un roman sociologique. Fruit d’un énorme travail, ce livre mérite d’être lu, partagé tant il nous permet de nous poser des questions, sur l’avenir de notre nation, nos interactions avec l’environnement mais surtout notre considération envers une partie de l’humanité, ces peuples issus de la « Terre de nos ancêtres » qui seront amenés à quitter leur territoire face au réchauffement climatique.

Un grand bravo Frédéric pour ce roman traitant de sujets très délicats mais maîtrisés de façon magistrale sans jamais tomber dans le pathétique, le caricatural. Un livre que je conseille au plus grand nombre.

Le teaser :

Pour le commander :

https://www.lalibrairie.com/livres/la-lame–thriller_0-5704608_9782902324026.html?ctx=ef3108f0320a094e87a01022c296596b

 » Cinq doigts sous la neige » de Jacques SAUSSEY

Cosmopolis 368 pages 27/08/2020

Une vallée, source d’inspiration qui dernièrement aura inspiré Franck Thilliez avec « Il était deux fois », Franck Bouysse avec « Buveurs de vent », Bernard Minier et « La vallée », sert cette fois de décor au nouveau roman de Jacques Saussey « Cinq doigts sous la neige » un one-shot. Jacques place donc son angoissante intrigue au cœur des Vosges. Des lacs, des routes non praticables, des maisons isolées, le passé d’un des personnages, raconté en prologue, des adolescents subissant les effets de leurs hormones, et une galerie de personnage sont les ingrédients que le Jacques Saussey tel un chef étoilé incorpore pile au bon moment et juste dans la quantité qu’il faut pour nous régaler.

Ouvrir ce roman, à l’image ses protagonistes, vous coupera du monde.  Acheté le vendredi aux alentours de 15 heures, je l’ai terminé dans la nuit. Une nuit blanche (en partie) de nouveau causée par un thriller de l’excellente maison d’édition Cosmopolis, chez qui je l’espère de tout cœur, Jacques aura toute la reconnaissance qu’il mérite pour son talent et sa gentillesse, surtout après le triste épisode FP.

L’auteur nous prouve également ici une nouvelle fois qu’il s’éclate en sortant de la très bonne série Magne-Heslin et que sa plume ne le limite pas à être l’un des meilleurs romanciers polars en France. Le thriller à suspense lui va à ravir.

Nous y retrouvons d’ailleurs sa patte dans les relations entre ses personnages, ici, l’amour d’un père pour son fils, qui le pousse à faire des choses irrationnelles, est le moteur principal de cette histoire.

Cette histoire, justement, revenons y. Marc Torres, écrivain à succès vit avec son fils avec lequel la relation est difficile depuis le décès des suites d’une longue maladie de Véronique, leur épouse et mère. Voulant tout faire pour faire plaisir à Alexandre, Marc accepte pour son dix-huitième anniversaire qu’il invite une quinzaine de copains et copines dans leur maison engoncée dans la vallée. Seulement la nuit, la neige et un accident de camion les coupes de tout contact avec l’extérieur. Nous sommes dans les années 70, où il n’y a pas les moyens de communications actuels. Alexandre est fragile, Marc est inquiet. Il devra le protéger des autres, mais surtout de lui-même.

Non pas un, mais plusieurs des personnages seront aspirés dans une tornade dévastatrice.

« La nanny » de Gilly MacMillan

Éditions Les Escales 432 pages 11/06/2020

Il est parfois intéressant de faire une infidélité à nos talentueux auteurs de thrillers français pour aller explorer d’autres contrées. Ce thriller psychologique familial de Gilly MacMillan en est la preuve.

Franchement, je suis allé vers ce roman en espérant une véritable surprise car une plongée dans l’aristocratie anglaise n’était pas franchement attirante pour moi. Néanmoins, j’ai vu passé pas mal de retours positifs sur ce roman et sa disponibilité sur Netgalley m’a fait dire : ok je me lance. Résultat, une intrigue vraiment bien maîtrisée, un presque huis clos dans une demeure de type manoir dans la campagne anglaise, une touche de modernité avec Jocelyn, la fille qui revient, contrainte, des Etats Unis suite au décès de son mari, ont, malgré un rythme assez lent, su me convaincre.  

L’auteure que je ne connaissais pas jusqu’alors, possède ce talent de créer des personnages profonds, au passé construit, qu’elle nous fait découvrir en distillant ici et là des ingrédients nous permettant de les comprendre, tout en nous manipulant à sa guise pour nous amener là où elle le souhaite.

Si vous êtes friands de page turner, je vous déconseille ce récit, en revanche, si vous aimez découvrir des univers différents, jetez-vous sur cette publication des éditions Les Escales et faites connaissance avec Lady Holt, son défunt mari, Hannah la nanny disparue qui réapparait miraculeusement, Jocelyn et sa fille Ruby et tout un tas de personnages secondaires apportant leur patte à l’intrigue.

« La belle-mère » de Sally Hepworth

Edition L’Archipel 360 pages 20/08/2020

Une belle-mère, sacré sujet de discussion, adorée ou détestée, parfois moquée, … En tout cas elle est rarement absente des pensées d’un couple.

Sally Hepworth, auteure australienne en a fait le thème principal pour ce roman à suspense. En effet Diana (la belle-mère) et Lucy (La belle-fille) sont les personnages centraux de ce récit, ou plutôt la relation qui les lie en est le principal moteur. Et cette relation évoluera au cours de leur vie.

Ce roman va en remontant le temps. On y apprend le décès de Diana, un suicide apparent mais qui sera traité par les inspecteurs en charge de l’histoire comme un homicide. Nous serons donc transportés à travers le temps du passé de Diana à la rencontre avec Lucy, nous verrons les conséquences de ce décès pour les enfants et leur avenir.

Chaque chapitre est écrit à la première personne et ce mode de narration nous rapproche beaucoup des personnages. Pour chacun d’entre eux, nous n’arrivons pas vraiment à les aimer ou les détester totalement à l’image de Diana donc belle-mère parfois exécrable mais merveilleuse grand-mère et une femme qui donne de son temps pour les réfugiés. En fait, ces personnages sont à l’image de beaucoup d’entre nous multi-faces.

J’ai vraiment bien aimé cette lecture même si on peut relever quelques longueurs surtout pour cette galerie de personnages. L’intrigue quant à elle, s’il paraît simple au départ, se complexifie et son dénouement vous surprendra.

« Les yeux bleus » de Sébastien DIDIER

Hugo 558 pages 02/07/2020

Quel rythme, quels rebondissements !!! Un thriller comme on les aime. Un page turner qui nous tient en haleine du début à la fin.

Tout commence par un enlèvement, un jeune garçon, le fils d’Estelle et Anthony et petit-fils de Claude, figure niçoise. De là démarre non pas une mais plusieurs enquêtes qui comme on se doute finiront par se croiser même si elle ne se déroulent pas en même temps –grâce aux indications temporelles nous ne sommes jamais perdus-, mais jamais nous n’arriverons à deviner quand.

C’est le second roman de Sébastien Didier et le premier de lui que je lis. Une chose est sûr, j’ai envie de découvrir son premier. Rares sont les auteurs arrivant à mêler autant de personnages tout en conservant un récit très bien construit et où les intrigues s’enchaînent tout en restant crédibles.

Pour ne rien gâcher, la plume de cet auteur à suivre permet de dévorer les pages tant elle est agréable à lire. Félicitations Sébastien DIDIER.

« Ne lisez jamais la dernière page! » de Denis ALBOT

Même pas peur édition 204 pages 15/03/2020

Quand un auteur qui est également éditeur (profitez-en pour découvrir « Même pas peur ») écrit un nouveau roman, c’est un libraire qu’il choisit comme personnage principal. Un jeune homme que l’on imagine bien à la tête d’une maison de la presse et ce, malgré sa timidité maladive ciblée principalement vers les femmes car David souffre de caligynéphobie.

De son comptoir, il voit chaque jour passer pour aller récupérer sa voiture, une jolie jeune femme qu’il n’ose aborder que dans ses rêves. Quand elle cesse se rituel quotidien et que sa voiture ne bouge plus de place, il se décide à enquêter et à en apprendre plus sur elle. Cette quête que nous suivrons attentivement nous fera vivre de nombreuses aventures à la rencontre de plusieurs personnages et nous fera même traverser l’Atlantique.

Ce roman au titre amusant, je vous laisse découvrir pourquoi, se lit très facilement tant le style de l’auteur est sans prise de tête. De plus Denis Albot possède le don de saupoudrer son récit de ce qu’il faut d’énigme, de tension, d’humour et même d’amour afin de nous donner sans cesse l’envie de lire la page suivante et d’atteindre enfin cette dernière page. Tout au long de la lecture, on ressent le plaisir qu’il a eu à écrire ce roman, et le respect et l’amitié qu’il a pour les lecteurs avec lesquels il aime s’amuser. Ce livre sera un formidable compagnon au bord de la piscine où sur la plage, foncez donc chez votre libraire préféré.e que vous ne regarderez plus de la même manière une fois ce livre lu.

Ou acheter le directement sur la boutique en ligne :

https://www.meme-pas-peur-edition.com/product-page/ne-lisez-jamais-la-derni%C3%A8re-page

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑