Alma : Le vent se lève par Timothée de Fombelle

Gallimard Jeunesse 400 pages 11/06/2020

Quand notre grande nation, le pays des Droits de l’Homme, met sous le tapis une partie de son Histoire, nous avons besoin des auteurs pour nous transmettre cet héritage dont nous n’avons pas à être fier, mais je reste persuadé que connaître nos erreurs passées permet de ne pas les reproduire.

Timothée de Fombelle, avec son courage, ses tripes, son âme nous raconte à travers les yeux d’Alma, jeune africaine partie à la recherche de son frère, le barbarisme du commerce honteux de vies humaines, celles de millions d’africains. Oui, de nos ports français partaient de nombreux vaisseaux qui allaient remplir leurs cales d’hommes, femmes et enfants, à qui ils faisaient traverser l’océan Atlantique pour les échanger contre des marchandises.

Ce roman, écrit à destination des plus jeunes et comportant de très belles illustrations de François Place, subit dans les pays anglo-saxons la dure réalité de la censure de cette époque où l’on s’interdit de mettre sur la table des sujets qui fâchent, où un seul mot peut créer la polémique et qui veut donner l’illusion que nous sommes des Bisounours.

Nous suivons dans ce magnifique récit le parcours de trois jeunes personnages, Alma donc mais également Joseph Mars, jeune mousse tendance pirate et Amélie fille d’un armateur rochelais dont le bateau la douce Amélie est commandé par le capitaine Gardel.

La douce Amélie, quel contraste entre ce nom synonyme de tendresse, et l’horreur cachée sous ses ponts avec ses quelques 500 âmes prisonnières, arrachées à leur racine pour l’avarice de quelques autres.

Même si l’histoire narrée par Timothée de Fombelle est cruelle et criante de vérité, sa très belle plume la rend accessible aux lecteurs dès l’âge de douze ans. De plus son volet aventurier à travers les mers, rend sa lecture plaisante. Premier tome d’une saga qui devrait en compter un total de trois, c’est un roman à lire et qui permet de discuter en famille ou entre enseignants et élèves de ce lourd héritage.

L’esclavage, n’est pas qu’un mot, c’est un fléau qui a traversé les âges à travers les nombreuses civilisations qui nous ont précédées. Voici une vidéo de Benjamin Brillaud de Nota Bene qui nous retrace son histoire :

Un extrait musical nous rappelant de ne pas oublier l’esclavagisme :

Pour commander Alma, le vent se lève :

https://www.lalibrairie.com/livres/alma–volume-1-le-vent-se-leve_0-6391499_9782075139106.html?ctx=882e64f93deb79053210c41ed1e2a4ed

Scott Pilgrim -Perfect édition- T1 de Byan Lee O’Malley

HiComics 412 pages 20/02/2019

Grâce à cet ouvrage je peux presque dire que j’ai enfin réussi à lire un manga. En effet, et surtout par ses dessins, les visages avec les grands yeux expressifs des personnages sont clairement inspirés de la culture japonaise. Néanmoins, l’auteur étant canadien, son style est également très influencé par la culture comics américaine. J’y ajouterais un humour décalé, absurde à l’anglaise.

Ce savoureux mélange nous donne en tout cas une histoire sympa à lire, des personnages vraiment drôles pour certains et une sensation d’être devant un mélange de Friends et South Park.  

Scott, jeune adulte de 23 ans sans boulot pardon, entre deux boulots joue dans un groupe de rock formé avec des amis. Sans le sou, il partage avec son ami aimant les garçons, un appartement ou plutôt un studio très peu meublé. Scott, lui aime les filles d’ailleurs, se remettant enfin de sa dernière rupture, il a une petite amie encore au lycée…

A l’occasion d’une sortie à la bibliothèque, accompagnée de Knives Chau, sa fameuse lycéenne, ils vont croiser une livreuse d’Amazon qui ne laissera pas indifférent Scott. Il va devoir composer entre la jeune asiatique et son attirance pour Ramona Flowers…Seulement dans le monde dans lequel ils évoluent, pour gagner le cœur de Ramona, le jeune rocker devra affronter en combat ses 7 ex petits-amis.

La série Scott Pilgrim est composé de 6 volumes parus en noir et blanc entre 2004 et 2010. Une adaptation cinématographique sera réalisée en 2010. Concernant l’exemplaire que j’ai lu, il s’agit d’un ouvrage réunissant les deux premiers tomes, colorisés et accompagnés de bonus un peu comme dans un DVD. Une chouette lecture à ne pas mettre entre des mains trop jeunes.   

La Bande annonce du film :

La traditionnelle musique d’accompagnement :

Pour commander l’ouvrage :

https://www.lalibrairie.com/livres/scott-pilgrim–volume-1-perfect-edition_0-5468538_9782378870904.html?ctx=46ebf916a421119fd61f8f5eb8657485

 » RC 2722  » de David MOITET

DIDIER JEUNESSE 320 pages 23/09/2020

Grâce à NetGalley et aux éditions Didier Jeunesse, j’ai découvert ce roman SF, dystopique de David Moitet et ce récit m’a beaucoup séduit. Adressé à un public plutôt jeune, attention, certaines scènes assez violentes le destinent aux plus de 12-13 ans, il se lit très bien même pour les lecteurs ayant quittés l’adolescence depuis longtemps.

Nous découvrons donc notre France vers la fin de XXIème siècle, le réchauffement climatique et un terrible virus ont décimé près de 99 % de la population. Une majeure partie des survivants se sont retrouvés dans des abris souterrains où une nouvelle société s’est fondée, basée sur de nouvelles règles et protégées et alimentées en eau par les guerriers de l’eau.

Oliver, est le fils de Nikolai, un gradé, chargé de gérer la centrale nucléaire produisant l’énergie nécessaire à la vie dans l’abri. A la différence de son frère, Marco, entrant chez les guerriers de l’eau, lui décide de suivre une voie bien plus basique en rejoignant l’équipe de Sanglier, chargé de l’entretien. Néanmoins Oliver se pose beaucoup de question sur le fonctionnement de l’abri, ce qu’il y a dehors et surtout sur le manque de liberté imposé. Quand il apprendra le décès de son père, il cherchera à en savoir plus et à s’aventurer en territoires inconnus.

Ce récit aborde beaucoup de sujet dont les changements climatiques et surtout leurs terribles conséquences, il sera question de survie, de partage, de remise en question… L’amitié est très présente et parfois se transforme en sentiment plus profond. Ce roman est avant tout une aventure humaine.

David Moitet dont c’est le premier roman que je découvre et sûrement pas le dernier, nous offre un texte post-apocalyptique au style simple et agréable à lire. Il s’avèrera un choix judicieux pour faire découvrir la SF aux jeunes lecteurs et les sensibiliser à l’environnement.

Si vous avez apprécié ce roman, ce dont je ne doute pas, je vous invite à découvrir la trilogie SILO de Hugh Howey.  

Le site de l’éditeur :

https://didier-jeunesse.com/collections/romans-12-ans-et-plus/rc-2722-9782278098392

Pour le commander :

https://www.lalibrairie.com/livres/rc-2722_0-6488593_9782278098392.html

« Harmony T1 Mémento » de Mathieu Reynès

DUPUIS 56 pages 29/01/2016

A l’occasion de la sortie du sixième tome prévue le 25 septembre 2020, grâce à netgalley et aux éditions dupuis, j’ai eu l’occasion de découvrir le premier tome de la série Harmony, scénarisée et dessinée par Mathieu Reynès accompagné dans la mise en couleur par Valérie Vernay.

Cet album m’a tout d’abord déstabilisé car je ne m’attendais pas aux premières planches présentées après avoir lu le résumé et découvert la magnifique couverture. En effet, nous nous retrouvons près de 4000 ans en arrière et j’ai alors eu l’impression d’attaquer un ouvrage de fantasy. Néanmoins très vite, nous nous retrouvons à l’époque contemporaine tout en étant de nouveau vite perdu mais cette fois, cela nous met à pied d’égalité avec Harmony, cette jeune fille dont nous allons suivre les aventures qui se réveille dans une cave sans trop savoir où elle se trouve et qui est son « geôlier ». Très vite nous comprenons que sa mémoire lui fait défaut et là le titre de ce premier opus « Memento » tombe sous le sens.

A défaut de sa mémoire, Harmony se découvre un pouvoir, la télékinésie. Le possédait elle avant ? Les événements ayant conduit à sa perte de mémoire en sont-ils à l’origine ?

Ce premier tome nous laissera avec un goût amer de frustration tant il se dévore vite et se termine en nous laissant plein de questions sans réponses. Mais bonne nouvelle plusieurs tomes nous attendent donc pour y répondre.

La lecture de cet album publié début 2016 à côté duquel, par abandon provisoire de la lecture de BD, j’étais totalement passé est une vraie belle découverte tant par l’histoire qui se profile, la puissance des personnages, peu nombreux car il s’agit quasiment d’un huis clos, la beauté des graphismes et la noirceur, la violence même légère présente qui en fait un ouvrage à réserver à un public plutôt adolescent/ jeune adulte.

Un seul conseil : jetez-vous sur cette série fantastique imaginée par Mathieu Reynès.

« Brahotès l’Être de la vie » de Romane Fagot

Editions Amalthée 285 pages 11/01/2007

Ce roman de Fantasy-Young Adult et non pas fantastique comme indiqué sur la couverture me laisse un sentiment plus que mitigé et surtout une grande frustration. Je précise tout de même que c’est le premier et seul ouvrage de l’auteur édité en 2007. En effet, je rappelle que pour moi un retour de lecture plus négatif n’a pas vocation à détruire une œuvre ou un auteur mais n’est que l’expression de mon ressenti à l’instant où je le lis. Libre à chacun de lire les ouvrages et de s’en faire une opinion personnelle.

Pour ce récit, je trouve que Romane Fagot a fait preuve de beaucoup d’imagination et a su créer un environnement adapté à l’histoire, et à la portée des lecteurs même peu habitués à ce genre littéraire. De plus, le roman est facile à lire et les presque 300 pages défilent très vite. Malheureusement cette légèreté, nous la retrouvons dans les dialogues et surtout ceux de Brahotès ce jeune Huttin héros de l’histoire, trop modernes et familiers à mon goût ainsi que dans des scènes trop courtes alors qu’intéressantes.

Brahothès donc que tout le monde pensait mort car enfermé depuis six années sans nourriture se retrouve libéré et s’ouvre à lui un destin incroyable car il serait le rempart contre le « jour du chaos ». A travers les aventures qui l’amèneront jusqu’à ce fameux jour, nous verront toute une galerie de créatures, peuples magiques et bien évidemment une princesse….

Voilà, vous l’aurez compris, ce roman ne vous réservera pas de grandes surprises, il a même des côtés un peu trop bisounours pour moi, mais il est plutôt simple à lire et pas désagréable. Et si vous résidez en Picardie, vous lirez local. Pour info ce roman est disponible à la médiathèque de Roisel.

« Les chroniques de l’univers T1 : La thrombose du cygne » de Richard MARAZANO et Ingo RÖMLING

DARGAUD 56 pages 10/07/2020

Une BD de science-fiction « young adult » à paraître prochainement chez Dargaud. Un premier tome qui pose le décor et nous présente les personnages, de jeunes étudiants d’une académie dans un vaisseau spatial à la dérive. Des décors sombres dans lesquels la couleur verte est très présente comme la première de couverture nous laisse entrevoir.

Soyons clairs tout de suite, si la SF vous rebute, n’achetez pas cette BD. En revanche si vous êtes plutôt fans du genre, vous vous ferez plaisir même si elle est assez loin de rivaliser avec les meilleures de cette catégorie, mais, ce n’est que le premier tome. Et malgré quelques faiblesses, une fois terminée, elle nous laisse un sentiment de frustration, qui donne très envie de lire le tome 2.

« Les chroniques de l’univers » une nouvelle saga space opéra qui pourrait bien nous surprendre.   

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑